Moustique tigre : reprise de la surveillance dans 30 départements

, par  Delphine Delarue

Le ministère de la Santé vient de relancer le dispositif de lutte contre l’Aedes albopictus ou moustique-tigre. Désormais bien implanté dans une trentaine de départements français, ce moustique est responsable de la transmission à l’homme de maladies vectorielles comme la dengue ou le chikungunya.

Comme chaque année du 1er mai au 30 novembre, le dispositif de lutte contre l’Aedes albopictus (ou moustique tigre) est réactivé par le ministère de la Santé sur le territoire métropolitain et l’Outre-mer. Son objectif : contrer la progression du moustique et surveiller l’apparition des arboviroses dont il est responsable comme la dengue, le chikungunya, le Zika ou la fièvre jaune. Originaire d’Asie et implanté depuis de nombreuses années dans les départements français de l’Océan indien, l’Aedes albopictus s’est installé en métropole de manière continue depuis 2004. Il est désormais présent dans une trentaine de départements (voir la carte ci-contre) et fait l’objet d’un plan national anti-dissémination depuis 2006. Longtemps contenu aux cas importés de pays où sévissent les épidémies d’arboviroses, le risque de transmission de ces maladies dans l’Hexagone est désormais bien avéré : « Depuis 2010, des cas autochtones de dengue et de chikungunya ont été déclarés en France métropolitaine, dans les régions de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon », précise le ministère de la Santé dans un communiqué.

Surveillance entomologique

Réévalué chaque année, le dispositif consiste tout d’abord en un contrôle entomologique, c’est à dire « une surveillance des populations de moustiques, dans les zones où le moustique est présent et susceptible de s’implanter », détaille le ministère. Dans cette optique, les habitants des régions concernées sont invités à signaler la présence de l’insecte, s’il l’aperçoivent, sur la plateforme www.signalement-moustique.fr mise en place par la Direction générale de la santé, le Centre national d’expertise sur les vecteurs (CNEV) et les opérateurs publics de démoustication (OPD). Ces signalements sont également possibles sur l’application mobile iMoustique de l’EID Atlantique, l’Etablissement interdépartemental pour la démoustication du littoral Atlantique. Autre volet du dispositif : la surveillance des cas humains. Les médecins doivent ainsi signaler aux autorités sanitaires tous les cas suspects ou avérés de dengue, de chikungunya ou de Zika qu’ils rencontrent. Une démarche essentielle, qui « permet la mise en place de mesures de démoustication autour du domicile de la personne infectée, ainsi que le renforcement de la protection individuelle autour des cas recensés pour éviter la transmission de la maladie à d’autres personnes », précise le communiqué.

Mobilisation essentielle de la population

Enfin, des actions d’information auprès des voyageurs et des populations résidant dans les régions où l’Aedes albopictus est présent seront menées tout au long de la période estivale par les Agences régionales de santé (ARS). Elles expliqueront que chacun peut agir à son niveau pour lutter contre la prolifération de ces insectes. Outre leurs signalements sur les plateformes évoquées plus haut, il s’agira par exemple de nettoyer régulièrement son jardin ou son balcon pour éliminer les gîtes larvaires possibles (petits contenants d’eau, pots de fleurs, pneu usagé …). Pensez aussi à vérifier le bon écoulement de votre gouttière et de changer l’eau de vos vases plusieurs fois par semaine.
Enfin, « les personnes se rendant dans les zones où circulent les virus du ckihungunya, de la dengue, ou du Zika doivent se protéger des piqûres de moustiques sur place, mais également à leur retour si elles résident dans les départements ou le virus est implanté », ajoute le ministère. Pour se protéger, on conseille de porter des vêtements amples et longs, notamment à la tombée de la nuit et à l’aube et d’utiliser des répulsifs, essentiellement sur les parties découvertes. Attention aux doses appliquées sur les enfants et les femmes enceintes : lisez bien la notice de ces produits, car ils contiennent des substances qui peuvent être toxiques.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS