Mon ado est végétarien

, par  Delphine Delarue

Par dégoût, par conviction ou par besoin de se différencier, certains adolescents décident de ne plus manger de viande. « Il faut alors être très vigilant sur les risques de carence en fer et en protéines, prévient le docteur Serfaty-Lacrosnière, médecin nutritionniste. Quand elles sont d’origine animale, les protéines présentent une haute qualité biologique, c’est-à-dire qu’elles sont mieux assimilées par le corps et permettent une bonne croissance musculaire. Je conseille donc aux familles de prendre rendez-vous chez le médecin traitant ou le nutritionniste pour se renseigner sur les équivalents protéiques. » Associer certains aliments d’origine végétale permet en effet de conserver un bon apport en protéines. C’est le cas quand on mélange des produits céréaliers avec une légumineuse, par exemple du maïs avec des haricots rouges comme dans la salade mexicaine. « Si l’on tombe dans le végétalisme, c’est beaucoup plus compliqué, ajoute le docteur Serfaty-Lacrosnière. L’ado ne consomme même plus d’œufs ou de produits laitiers : il risque de graves carences en calcium, un minéral indispensable au développement des os. »

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)