Migraines et scolarité : les avantages du projet d’accueil individualisé

, par  Mathilde Leroy

Le projet d’accueil individualisé (PAI) permet aux enfants atteints de migraines de suivre leur scolarité normalement, tout en ayant la possibilité de prendre leur traitement comme ils le feraient à la maison. Ce sont les parents, appuyés par le médecin traitant ou le pédiatre, qui doivent en faire la demande auprès du directeur d’école. Un protocole est ensuite décidé avec le médecin scolaire. « L’enfant doit pouvoir prendre son ibuprofène dès qu’il repère l’arrivée de la migraine, explique le docteur Jaques Langue, neuropédiatre. Si l’on attend trop, la crise s’installe et le médicament est alors beaucoup moins efficace. Grâce au PAI, la maîtresse ou l’infirmière scolaire sont habilitées à donner le produit, ce qui évite aux parents d’avoir à se déplacer. » La migraine se caractérisant également par une forte sensibilité au bruit et à la lumière, le petit malade doit être autorisé à se reposer un moment au calme, dans l’obscurité. Relativement facile à mettre en place pour l’écolier migraineux, le PAI permet de lutter efficacement contre l’absentéisme scolaire. « Mal traitée, la migraine de l’enfant entraîne en moyenne une à deux semaines d’absence par an », souligne le docteur Langue.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS