Médicaments : l’inefficacité des pictogrammes

, par  Vincent Portois

Selon une étude de l’Inserm, les pictogrammes de prévention sur les boîtes de médicaments n’ont en rien endigué le nombre d’accidents sur les routes de France et n’ont donc pas contribué à changer les comportements.

Prendre des médicaments peut provoquer des effets secondaires. La somnolence est l’un des plus dangereux d’entre eux, notamment pour les personnes qui conduisent. A la fin des années 90, l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM, anciennement Afssaps) avait pris le sujet à bras-le-corps en demandant à l’industrie pharmaceutique d’apposer un pictogramme en forme de triangle sur les boîtes de médicaments afin d’informer des risques potentiels liés à la prise de certains produits non compatibles avec la conduite d’un véhicule. En 2007, fini le simple triangle sans aucun texte. Trois niveaux de risque identifiés par des couleurs et accompagnés d’une phrase explicative voyaient le jour : le niveau 1, en jaune, indique de « ne pas conduire sans avoir lu la notice » ; le niveau 2, en orange, préconise de « ne pas conduire sans l’avis d’un professionnel de santé », tandis que le niveau 3 représente un triangle rouge interdisant la conduite. Hélas, à en croire l’étude sur leur impact réalisée par l’équipe d’universitaires, bordelais et lyonnais, de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), il s’avère que ces pictogrammes n’ont aucun effet.

Des avertissements… sans effet !

Publiée dans la revue British Journal of Clinical Pharmacology, cette étude a fait réagir le délégué interministériel chargé de la Sécurité routière, Emmanuel Barbe. Ce dernier souhaite conserver le système des pictogrammes, dont la pertinence n’est pas remise en cause, mais en l’accompagnant d’une campagne de sensibilisation auprès des médecins et des pharmaciens. L’ANSM a confirmé à Pourquoi docteur, « qu’une réflexion est actuellement engagée pour améliorer non pas la forme ou l’aspect de ces pictogrammes, mais la communication et l’information autour d’eux ». Pour mener à bien son étude, l’équipe de l’Inserm s’est particulièrement intéressée aux médicaments de la famille des benzodiazépines (contre l’anxiété, l’insomnie…) qui « sont associés à 70 % des accidents ». 150 000 conducteurs impliqués dans des accidents de la route entre 2005 et 2011 ont été identifiés. Cette période, qui commence avant l’instauration des nouveaux pictogrammes et s’achève quatre ans après leur mise en place, a permis d’estimer leur influence sur l’évolution du nombre d’accidents. Conclusion des chercheurs : « Nous n’avons pas vu de baisse durable du risque d’accident lié aux médicaments. » Ces résultats confirment une autre étude de l’Inserm qui révèle que « la prise de médicaments à risque serait responsable de 3 à 4 % de l’ensemble des accidents de la circulation en France ». Se soigner ou conduire, il faut parfois choisir…

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS