Médicaments : les femmes seraient plus sensibles

, par  Pauline Maisterra

Pour un même médicament, les femmes seraient victimes de deux fois plus d’effets secondaires que les hommes. En cause, le dosage, qui ne serait pas adapté à l’organisme féminin. C’est ce que révèle le magazine « Science et Vie » dans son numéro du mois d’août.

Constat inquiétant : une même dose de médicament n’aurait pas le même effet sur un homme que sur une femme. L’information a été dévoilée par la revue Science et Vie, dans son dossier du mois d’août, « Médicaments : ils soignent mieux les hommes que les femmes ». On y apprend que pour le vaccin contre la grippe, par exemple, une demi-dose serait amplement suffisante chez les femmes et que certains psychotropes comme le zolpidem (Stilnox, par exemple) seraient encore présents dans leur corps huit heures après la prise… Un réel danger selon Michel Laspougeas, président de l’ordre des pharmaciens de Midi-Pyrénées : « Il faut être très vigilant avec ce type de médicaments, qui entraîne des somnolences. » Lui conseille à ses patientes de diminuer leurs doses et de prendre un demi-comprimé au lieu d’un. « Avec un vaccin, en revanche, il n’y a pas de surdosage, précise ce pharmacien qui exerce depuis plus de quarante ans. Ce n’est pas dangereux, il ne faut pas s’inquiéter. Le corps s’adapte, régule. » Et il souligne : « Un médicament sur une personne qui n’en prend jamais n’aura pas le même effet que sur une qui en prend plusieurs ou régulièrement, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme. Chaque cas est unique. » Les professionnels de santé s’adaptent donc à chaque profil. Cela dit, toujours d’après Science et Vie, « une analyse menée en 2008 dans des hôpitaux allemands […] a pointé du doigt un risque d’effets secondaires 50 % supérieurs chez les femmes après la prise de médicaments »

Recherche : des études scientifiques sur les mâles privilégiées

La plupart des études scientifiques seraient principalement faites sur des rats mâles. Par exemple, plus de 60 % des recherches sur l’endocrinologie seraient menées uniquement sur des animaux mâles, alors que le chiffre tomberait autour de 10 % pour les études effectuées sur les femelles. La raison ? Selon la généticienne Claudine Junien, interrogée par Le Parisien, il s’agit d’« éviter que les hormones ne perturbent les résultats ». Et ça ne s’arrête pas là : les femmes sont également sous-représentées dans les essais cliniques. Les deux tiers des personnes qui participent à des essais sur les maladies cardiovasculaires sont des hommes. Une tendance que certains instituts souhaiteraient changer. Comme l’indique Science et Vie, « l’Institut national de la santé américain (NIH), l’un des plus gros financeurs de la recherche médicale, a annoncé que les laboratoires qu’il soutient devront désormais prendre en compte le sexe de leurs sujets d’étude ». Une petite révolution est en cours.

Sources
- « Médicaments : ils soignent mieux les hommes que les femmes », Elsa Abdoun et Florian Cadu, Science et Vie, aout 2014.
- « Médicaments : deux fois plus d’effets secondaires chez les femmes », Pourquoidocteur.fr, 21 juillet 2014.
- « La médecine est sexiste », Claudine Proust, Le Parisien, 19 juillet 2014.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS