Médicaments falsifiés : une menace grandissante sur la santé publique

, par  Isabelle Coston

Les organisations professionnelles de médecins, de pharmaciens et de vétérinaires s’alarment de l’ampleur du trafic de faux médicaments, disponibles sur Internet et dans certains pays d’Asie du sud-est et d’Afrique sub-saharienne, notamment.

Suite à un rapport publié en décembre 2015, qui alertait sur l’importance d’un marché parallèle de médicaments contrefaits, les ordres et les académies de médecins, de pharmaciens et de vétérinaires se sont réunis le mardi 4 avril pour signer un manifeste dans lequel ils exigent « une politique de prévention et de répression de ces agissements à l’échelle internationale ». Selon eux, pour lutter contre ce phénomène qui gagne peu à peu tous les pays du monde, il faudrait non plus se contenter de simples coups de filet et d’opérations ponctuelles de saisie, mais mettre en place des mesures d’envergure pour réprimer ce commerce illicite et dangereux pour la santé publique.

Les pays pauvres particulièrement exposés

Les mafias du faux médicament prospèrent dans les pays où la population ne bénéficie d’aucune protection sociale et n’a pas les moyens d’accéder aux traitements indispensables pour soigner le paludisme, la tuberculose et le sida. Selon l’Organisation mondiale pour la santé (OMS), plus d’un médicament sur quatre utilisé dans les pays en développement est faux. Un commerce qualifié de « criminel » par les organisations de santé, car ces médicaments falsifiés entraînent un préjudice grave et sont responsables de nombreux décès : « Dans la majorité des cas (près de 60 %), aucun principe actif n’est retrouvé dans ces produits. Ils peuvent être aussi sous-dosés et à l’origine d’échecs thérapeutiques dramatiques et/ou de survenue de résistances aux traitements antibiotiques, antipaludiques, antirétroviraux. Ces "médicaments" sont également parfois dangereux en raison de la présence de composés autres que ceux mentionnés sur le conditionnement. Ils peuvent aussi engendrer une toxicité directe en lien avec un principe actif ou un excipient nocif (ex. éthylène glycol dans des sirops pour la toux…). »

Attention aux médicaments vendus sur Internet

Les pays plus riches ne sont cependant pas épargnés. En marge des circuits commerciaux classiques, la vente de médicaments comme le Viagra ou les traitements amaigrissants explose sur le Web. Certains sites sont légaux, d’autres prennent l’aspect de sites officiels pour mieux tromper le grand public. D’après les six organisations signataires du manifeste, près de la moitié des médicaments vendus sur Internet en dehors des sites légaux seraient des faux. Ces contrefaçons sont très difficiles à détecter, car leurs conditionnements imitent parfaitement les vrais. La fraude porte aussi sur les médicaments onéreux (anticancéreux, facteurs de croissance, immunodépresseurs…). Elle est facilitée par la libre circulation des marchandises entre les Etats membres de l’Union européenne. Les auteurs du rapport de décembre 2015 soulignent toutefois « l’exception française », « aucun médicament n’[ayant] encore été à ce jour découvert dans le circuit officinal ». Si la France est ainsi épargnée, les experts l’expliquent par « le maintien d’une chaîne pharmaceutique structurée et réglementée, ainsi qu’un niveau de prix relativement peu attractif pour les opérateurs de commerce parallèle ».

Du tourisme pharmaceutique pour se soigner « low cost »

Pour se procurer des médicaments soit trop chers, soit autorisés mais indisponibles ou encore interdits sur le territoire, les Français sont de plus en plus nombreux à se rendre à l’étranger, selon une enquête parue dans Le Parisien. Les traitements contre l’hépatite C (Solvadi), par exemple, sont inabordables (40 000 euros environ la cure). Pour des raisons financières, ils ne sont pris en charge par l’Assurance maladie que pour un nombre restreint de malades. Or, l’Inde, qui produit un grand nombre de génériques, les commercialise près de quarante fois moins cher. Des antidouleurs à base de cannabis amènent également certains Français à franchir les frontières pour soulager leurs maux, à l’image de Françoise, une femme atteinte de sclérose en plaques, citée par Le Parisien dans son édition du 5 avril. Celle-ci a dû se rendre en Suisse pour acheter du Sativex, un spray buccal dont les principaux principes actifs sont le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), tous deux dérivés du cannabis. Selon elle, il n’y a que ce traitement qui soit véritablement efficace pour atténuer les douleurs liées à sa pathologie. Hélas, ce médicament, qui bénéficie pourtant depuis janvier 2014 d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), n’est toujours pas sur les rayons des pharmacies en France, laboratoire et autorités de santé ne parvenant pas à s’entendre sur son prix.
Hormis le coût financier induit par leurs déplacements, ces « voyageurs pharmaceutiques » doivent savoir qu’ils s’exposent au risque d’acheter des faux, au mieux inefficaces, au pire dangereux pour leur santé.

Sources
- « Médicaments falsifiés, plus qu’un scandale, un crime », rapport de l’Académie nationale de médecine, 8 décembre 2015.

- « Pour une politique de prévention et de répression des médicaments falsifiés à l’échelle internationale », manifeste des académies nationales de médecine, de pharmacie, vétérinaire et des ordres nationaux des médecins, des pharmaciens et des vétérinaires, 5 avril 2015.

- « Santé : l’inquiétante croissance du tourisme pharmaceutique », Le Parisien, 5 avril 2016.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS