Médicaments : les vignettes, c’est fini

, par  Aude Malaret

Depuis le 1er juillet 2014, les vignettes blanches, bleues ou orange ne sont plus apposées par les fabricants sur les boîtes de médicaments. C’est désormais le « ticket Vitale », imprimé lors du passage en pharmacie sur le verso de l’ordonnance, qui indique le prix et le taux de remboursement. Le point sur ces changements et sur le fonctionnement du nouveau système.

Vous ne verrez plus de vignettes pharmaceutiques sur les boîtes des médicaments. Depuis le 1er juillet 2014, les fabricants n’apposent plus sur leurs produits cette petite étiquette qui indiquait le prix et le taux de remboursement en fonction de sa couleur : orange pour les médicaments à service médical rendu faible, remboursés à 15 % par la Sécurité sociale ; bleue pour les médicaments à service médical rendu modéré, remboursés à 30 % ; blanche pour les médicaments à service médical rendu majeur ou important, remboursés à 65 % ; ou encore blanche barrée pour les médicaments reconnus comme irremplaçables et coûteux, remboursés à 100 %. Envisagée dès 1999 pour simplifier les circuits de facturation et de paiement des ordonnances, cette suppression a été décidée à la fin de l’année 2012, sur la base d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Le décret d’application vient d’entrer en vigueur. Les conditionnements munis de vignette encore présents dans le circuit de distribution pourront être écoulés sans limite de date, mais le prix indiqué ne doit plus être pris en compte.

Par quoi vont-elles être remplacées ?

Les boîtes de médicaments porteront désormais un code de traçabilité dit Datamatrix, qui sera scanné par le pharmacien. Il remplace le traditionnel code-barres, qui permettait d’identifier un médicament, et donne le numéro de lot et la date de péremption. Le nouveau système, qui doit garantir un meilleur suivi des produits et limiter les risques de contrefaçon, sera le seul utilisé dans les réseaux de distribution.

Qu’est-ce qui change pour le patient ?

Le pharmacien remettra aux patients munis d’une ordonnance une facture. Baptisée « ticket Vitale », celle-ci sera imprimée sur le verso de l’original de l’ordonnance et devra comporter la mention du prix et le taux de prise en charge, les informations qui figuraient précédemment sur la vignette.

Qu’en pensent les pharmaciens ?

Même si les pharmaciens approuvent la constitution d’une base de données du médicament permettant une meilleure information pour les usagers, cette numérisation ne les réjouit pas vraiment : « Le transfert des informations mentionnées sur les vignettes va engendrer des frais pour les pharmacies. Il faudra compter 550 millions d’impressions à ajouter aux ordonnances, à la charge des officines », regrette Philippe Besset, vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

Comment s’informer sur le prix et le taux de remboursement des médicaments ?

Le site Internet Medicaments.gouv.fr, mis en place par le ministère de la Santé, est une base de données nationale qui permet d’accéder aux prix publics actualisés quotidiennement, mais aussi à l’intégralité des informations sur les produits pharmaceutiques commercialisés sur le marché français ou dont l’arrêt de commercialisation date de moins de deux ans. Vous y trouverez la posologie, les précautions d’emploi, les contre-indications, les autorisations de mise sur le marché (AMM), le taux de remboursement et des icônes indiquant si le médicament est délivré uniquement sur prescription, s’il est remboursé par la Sécurité sociale et s’il appartient à un groupe de génériques.
L’information sur le prix des médicaments remboursables achetés sans ordonnance sera accessible au sein de l’officine au moyen d’un affichage, d’un catalogue électronique ou d’une interface permettant l’accès au site Medicaments.gouv.fr.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS