Médicament Smecta : interdit aux enfants de moins de 2 ans

, par  Vincent Portois

Par mesure de précaution face à une possible intoxication au plomb, l’Agence nationale du médicament (ANSM) a interdit la prescription de ce médicament anti-diarrhéique aux enfants de moins de 2 ans.

Les médicaments à base d’argile extraite du sol, comme Smecta et son générique Diosmectite, sont délivrés sur ordonnance dans les traitements de courte durée contre la diarrhée aiguë. Ils étaient déjà interdits aux femmes enceintes ou allaitantes, et le sont désormais aux nourrissons. La raison ? « les argiles obtenues par extraction du sol, peuvent contenir de faibles quantités de métaux lourds présents naturellement dans l’environnement, comme le plomb », explique le communiqué de l’ASNM sortie le 28 février. La nocivité du plomb inquiète depuis longtemps, c’était déjà le cas avec le saturnisme - intoxication au plomb -, classé en maladie professionnelle depuis plus d’un siècle. Elle est aujourd’hui de nouveau mise en lumière avec les nombreux débats sur les perturbateurs endocriniens et sur la responsabilité sociale et environnementale (RSE). Cette substance est toxique pour l’organisme si elle est ingérée en trop grande quantité. Chez l’enfant, le plomb peut avoir des effets graves et irréversibles, dont le retard mental par exemple. Un danger que l’on retrouve dans les médicaments donc, mais aussi dans certaines peintures décoratives ou encore dans le Khôl traditionnel, une poudre de maquillage très utilisée dans les pays orientaux.

Nouvelles recommandations

Même si certaines modifications ont été apportées sur ces produits, l’ASNM, elle, n’a pris que récemment une décision concernant les médicaments à base d’argile. Il a fallu attendre les nouvelles recommandations internationales sur les seuils des métaux lourds. Les laboratoires en charge de la commercialisation des médicaments en contenant ont ainsi été obligés par l’ASNM de « s’assurer de l’absence de risque de passage de plomb dans le sang chez les patients traités, et plus particulièrement chez les enfants. En réponse, les laboratoires Ipsen ont fourni une étude clinique, dont les résultats indiquent qu’il n’existe pas de risque de passage de plomb dans le sang chez les adultes traités par Smecta pendant cinq semaines. Ce risque ne peut être exclu chez les enfants de moins de 2 ans ». Les modifications de la notice des médicaments sont en cours et tous les professionnels de santé vont être prévenus par courrier.

Des alternatives aux mesures hygiéno-diététiques

En cas de symptômes de coliques ou de diarrhées aiguës persistantes chez le nourrisson, l’ANSM propose le traitement de référence qui consiste à administrer du soluté de réhydratation oral (SRO), vendu sans ordonnance et présenté en sachet de poudres à mélanger dans un biberon d’eau, permettant ainsi d’éviter le principal danger de la forte déshydratation causée par la maladie.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS