Un site officiel pour tout savoir sur les médicaments

, par  Delphine Delarue

Le ministère de la Santé a lancé le 1er octobre un site Internet qui passe en revue tous les médicaments disponibles en France. Composition, posologie, effets secondaires, prix, taux de remboursement, service médical rendu..., cette nouvelle base de données se veut exhaustive et de qualité, avec un objectif affiché : devenir la référence en matière d’information du grand public et des professionnels de santé.

Selon le décret publié au Journal officiel le 29 septembre, le nouveau site Internet consacré aux médicaments (Medicaments.gouv.fr), lancé le 1er octobre par le ministère de la Santé, se présente sous la forme d’une grande base « de données administratives et scientifiques sur les traitements ainsi que sur le bon usage des produits de santé ». Objectif : « Servir de référence pour l’information des professionnels de santé, des usagers et des administrations compétentes en matière de produits de santé. » Pilotée par la Direction générale de la santé (DGS), cette base regroupe des données issues de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), de la Haute Autorité de santé (HAS) et de l’Assurance maladie. Concrètement, pour chacun des médicaments en circulation dans notre pays, le site présente les indications, les précautions d’emploi, les contre-indications, l’autorisation de mise sur le marché, la composition, la posologie, le service médical rendu (SMR) ou encore le prix et le taux de remboursement par l’Assurance maladie. Des icônes indiquent par ailleurs si le médicament est délivré uniquement sur prescription et s’il appartient à un groupe générique.

Une plateforme simple d’utilisation

Toutes ces informations sont facilement accessibles en indiquant simplement le nom du médicament ou celui de son principe actif dans une fenêtre de recherche. Un onglet spécifique permet également à l’internaute de signaler tout effet indésirable ressenti à la suite d’une prise de médicament. Enfin, pour les plus curieux, un item renseigne aussi sur le circuit du médicament en France.
Selon un communiqué du ministère de la Santé, « cette base de données marque la première étape du projet du gouvernement de mettre en place un service public d’information en santé ». Lors de la présentation des grands axes de la stratégie nationale de santé, la semaine dernière, Marisol Touraine, ministre de la Santé, avait fait part de sa volonté de voir chaque Français avoir la possibilité d’accéder rapidement à une information fiable concernant les médicaments, les établissements ou encore les professionnels de santé.

Sources
- « Base de données publique des médicaments : Marisol Touraine pose la première pierre du service public d’information en santé », communiqué du ministère de la Santé, 1er octobre 2013.
- Journal officiel du 29 septembre 2013, n° 0227.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS