Les médecins généralistes aussi consultent Google

, par  Enrique Moreira

Presque tous les médecins généralistes ont recours au moteur de recherche Internet Google dans le cadre de leur travail. C’est ce que révèle le premier baromètre portant sur la santé et le Web. Mais patients et praticiens ne consultent pas les mêmes sites, précise l’enquête.

Quasiment tous les médecins généralistes, 96 % pour être précis, utilisent Google pour obtenir des informations médicales, et 25 % d’entre eux déclarent y avoir recours plusieurs fois par jour. C’est le constat que dresse le premier baromètre « Web et santé » réalisé par l’institut d’études spécialisé dans la santé Listening Pharma et l’agence de communication Hopscotch Digital et publié le 23 avril 2013.
Un constat pas si surprenant pour Jacques Lucas, vice-président du Conseil national de l’ordre des médecins, qui répondait aux questions des journalistes du Figaro santé. Celui-ci imagine en effet très bien que lorsqu’un généraliste se trouve « en présence d’un patient qui souffre d’une pathologie qu’[il] ne connaît pas ou peu, le premier réflexe, et il est normal, est de chercher à en savoir plus pour bien l’informer, lui donner les bons conseils et l’orienter vers un spécialiste ». Il ajoute d’ailleurs que nos médecins de famille « ne sont surement pas les seuls concernés ».

Des sites sérieux

Heureusement, votre docteur ne consulte pas n’importe quel site pour vous trouver un traitement. C’est l’autre information que révèle le baromètre. En effet, 14 % des médecins consultent avant tout le site de la Haute Autorité de santé (HAS). Les autres se réfèrent principalement aux sites des laboratoires fournisseurs de médicaments. Les sites d’information grand public ou encore les réseaux sociaux n’arrivent qu’en dernière position. Là encore, pas de quoi s’alarmer, estime Jacques Lucas, pour qui « les médecins sont suffisamment bien formés pour juger de la fiabilité d’une information ».
Même si l’on pourrait s’inquiéter de l’influence que peuvent avoir désormais les laboratoires pharmaceutiques au travers de leurs sites consultés couramment par les généralistes, cela ne change pas vraiment des « fiches médicaments » que ces derniers recevaient auparavant. Et puis, il y a un avantage indéniable à Internet : l’actualisation automatique. Il n’y a pas si longtemps, tous les médecins avaient dans leur cabinet leur encyclopédie médico-chirurgicale, et celle-ci était régulièrement mise à jour, mais elle pouvait dater. Aujourd’hui, sur Internet, les informations sont constamment actualisées.

Des patients très connectés

A la différences des praticiens, les patients, qui consultent également Internet pour des informations de santé, vont en majorité vers les sites les mieux référencés, les plus « visibles ». En revanche, « la fiabilité des contenus » de ces derniers « peut être sujette à caution », estime Sylvain Page, d’Hopscotch Digital. Pour 100 % des requêtes sur Google concernant une maladie, un lien vers la fiche Wikipédia de celle-ci est présent sur la première page, dans 84 % des cas vers Doctissimo. Le site du ministère de la Santé n’apparaît en première page que dans 9 % des cas, constate également le baromètre. Les principales demandes de recherche concernent le cancer (1,5 million de requêtes sur les douze derniers mois), le sida (550 000), le diabète et la dépression (368 000 chacun).

Sources
- « Tous les généralistes consultent Google », sur Pourquoi-docteur.nouvelobs.com, 23 avril 2013.
- « La moitié des Français adeptes des sites Internet Santé », Doctissimo.fr, 10 avril 2013.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS