Médecins : plus de femmes et de spécialistes

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Selon le VIIIe « Atlas de la démographie médicale » édité par le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom), 58 % des médecins nouvellement inscrits sont des femmes. Année après année, la profession se spécialise : en 2020, on devrait compter plus de praticiens spécialistes que de généralistes.

Instantané du jeune médecin inscrit en 2013 : une femme, de 34 ans en moyenne, spécialiste en pédiatrie, en gynécologie ou en médecine du travail, par exemple, exerçant dans les Pays-de-la-Loire. Comme tous les ans, le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) publie son Atlas de la démographie médicale. En 2014, il comptabilise 190 768 médecins dits en activité régulière, c’est-à-dire exerçant au même endroit, hors remplaçants ou praticiens temporairement sans activité. L’âge moyen est de 53 ans pour les hommes et de 49 ans pour les femmes. Si ces dernières représentent 44 % de tous les médecins en activité, elles sont de plus en plus nombreuses sur les bancs de la faculté de médecine, pour constituer 58% des nouveaux inscrits en 2013.

La médecine générale ne fait plus envie

Les médecins généralistes deviennent une denrée rare, en diminution de 6,5 % depuis 2007, alors que la part des spécialistes continue de progresser, en hausse de 6,1% pour la même période. Ainsi, si l’on compte actuellement 90 630 médecins généralistes pour 84 335 spécialistes (hors chirurgiens), en 2020 on devrait recenser 88 158 spécialistes pour 86 203 généralistes, toujours selon les prévisions du Cnom. Le Conseil de l’ordre s’alarme de ces chiffres, d’autant plus que 25% des généralistes déclarent une formation en médecine du sport, en allergologie, en acupuncture ou en ostéopathie, par exemple. Résultat : une activité de consultations souvent plus faible et davantage de dépassements d’honoraires. « Ces choix de spécialités appellent une certaine vigilance quant à l’offre de soins de proximité », souligne le Conseil de l’ordre.

L’Ile-de-France désertée

Les jeunes médecins boudent le profil du médecin traitant en préférant se spécialiser. Ils avancent plusieurs raisons : ils souhaitent se concentrer sur un seul organe ou une seule compétence, travailler en équipe ou visent une meilleure rémunération. Ils rechignent aussi à s’installer en Ile-de-France, qui a perdu 5,6 % des médecins en activité régulière et enregistré en 2013 la plus forte baisse. A l’inverse, les Pays-de-la-Loire sont attractifs : ils ont gagné 5,7 % des praticiens pour la même période.

Sources
- « Atlas de la démographie médicale 2014 », communiqué de presse de l’Ordre des médecins, Conseil-national.medecin.fr, 5 juin 2014.
- « L’inquiétante chute du nombre de médecins généralistes », Florian Delafoi, Nouvelobs.com, 6 juin 2014.
- « Portrait-robot du médecin : plus de femmes, de seniors et moins de généralistes », Arnaud Aubry, Pourquoidocteur.fr, 8 juin 2014.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

ARTICLES RÉCENTS