Médecine : les consultations « complexes » et « très complexes » passent à 46 et 60 euros

, par  Delphine Delarue

Depuis le 1er novembre, les médecins appliquent de nouveaux tarifs destinés à prendre en compte la complexité de certaines de leurs consultations médicales et le temps supplémentaire qu’elles nécessitent.

Annoncées il y a plus d’un an, les revalorisations tarifaires de certaines consultations médicales sont désormais effectives. Depuis mercredi 1er novembre, les consultations dites complexes ou très complexes sont passées à 45 et à 65 euros au lieu des 25 euros appliqués jusque-là chez le généraliste et des 30 euros chez le spécialiste (sans dépassements). De nouveaux tarifs « destinés à prendre en compte la complexité de certaines situations médicales et à valoriser le temps plus important que les médecins doivent y consacrer », indique l’Assurance maladie dans un communiqué. Au total, ces tarifs concernent trente-cinq motifs de consultation, définis conjointement par l’Assurance maladie et les représentants des médecins. Dans le détail, les consultations qui sont désormais facturées à 46 euros concernent la prise en charge d’une scoliose grave, d’un diabète gestationnel, d’une sclérose en plaques, d’une maladie de Parkinson ou d’une épilepsie. Elles comprennent également la consultation annuelle de suivi des enfants à risque d’obésité, la consultation spécifique de prise en charge coordonnée des patients présentant des séquelles lourdes d’AVC, la première consultation pour tuberculose ou encore la prise en charge d’une pathologie oculaire grave ou d’une fibrose pulmonaire.

Information des patients atteints de maladie grave

Les consultations qui passent à 60 euros concernent celles destinées à informer (sur leurs possibilités de traitement) les patients nouvellement atteints d’un cancer, du VIH, d’une maladie neurologique ou d’une pathologie neuro-dégénérative. Sont aussi comprises les consultations initiales d’information des parents en cas de malformation congénitale d’un nouveau-né ou de suivi d’un grand prématuré, les consultations de synthèse pour un patient présentant une insuffisance rénale chronique terminale ou encore les consultations initiales de suivi et d’organisation des soins pour les malades atteints de polyarthrite rhumatoïde active, de spondylarthrite ankylosante, de rhumatisme psoriasique, de maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique.
L’Assurance maladie précise en outre que ces changements de tarifs ne devraient pas avoir de conséquence financière pour les patients concernés : ces derniers bénéficient toujours des règles habituelles de remboursement, soit 70 % pour la part Sécu et 30 % pour celle de la complémentaire santé. A noter aussi que les deux tiers de ces consultations concernent la prise en charge de maladies bénéficiant du régime des affections de longue durée (ALD) : elles sont toujours remboursées à 100 % par l’Assurance maladie. Rappelons que les patients en ALD bénéficient en outre de la dispense d’avance de frais dans le cadre du tiers payant depuis le 1er juillet 2016.
Enfin, certaines consultations « à fort enjeu de santé publique », comme les trois consultations obligatoires de suivi du nourrisson et la première consultation pour la contraception et la prévention des infections sexuellement transmissibles (IST) chez les jeunes filles de 15 à 18 ans (fixées à 46 euros), seront également intégralement prises en charge par l’Assurance maladie.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS