Maladies vectorielles : en Europe aussi

, par  Delphine Delarue

Dengue, paludisme ou chikungunya, ces maladies vectorielles autrefois circonscrites aux zones tropicales et subtropicales de la planète concernent désormais des régions plus tempérées comme l’Europe. En cause : l’évolution des conditions météorologiques et la mondialisation des voyages et du commerce. L’édition 2014 de la Journée mondiale de la santé, consacrée à ces pathologies, a été l’occasion pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de rappeler les principes de prévention élémentaires.

Paludisme, dengue, schistosomiase, maladie de Lyme, leishmaniose, fièvre jaune… : les maladies vectorielles, ces pathologies véhiculées et transmises à l’homme par les moustiques, les mouches, les tiques ou les gastéropodes, font des dégâts considérables à travers le monde et provoquent la mort d’un million de personnes par an. Rien que sur le continent africain, un enfant meurt toutes les minutes du paludisme et 40 % de la population mondiale est actuellement exposée au risque de transmission de la dengue.
Si toutes ces maladies touchent essentiellement les populations les plus démunies d’Afrique, d’Asie et d’Amérique centrale ne bénéficiant pas d’eau potable et de système d’assainissement, les vecteurs s’installent désormais dans de nouvelles régions du monde, en particulier en Occident. C’est notamment le cas du moustique de type Aedes, vecteur de la dengue et du chikungunya, que l’on trouve aujourd’hui dans le sud de la France. « Il est probable que les maladies à transmission vectorielle se propagent et s’intensifient dans les années à venir et un signal clair a été donné à la région européenne à ce sujet, précise Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe. Cette situation est rendue possible par la mondialisation des voyages et du commerce, ainsi que par le développement de l’urbanisation et l’évolution des conditions météorologiques. »

Flambées épidémiques

Chaque année, 77 000 voyageurs européens contractent des maladies à transmission vectorielle et les transportent dans leur pays. Ils peuvent alors être piqués par des moustiques, qui seront ainsi contaminés et contamineront à leur tour d’autres êtres humains. C’est ce qui se serait passé en Italie en 2007, lors de la première flambée épidémique européenne de chikungunya (200 cas comptabilisés), mais aussi en France et en Croatie en 2010, où deux transmissions locales de la dengue ont été signalées. Deux ans plus tard, une épidémie de cette maladie sévissait à Madère, au Portugal, avec plus de 2 000 cas confirmés.

Pour ces deux pathologies virales aux symptômes de type grippal, il n’existe pas de traitement spécifique. La prise en charge consiste essentiellement à traiter ces derniers et à veiller au maintien des volumes liquidiens du malade. Quant au paludisme (5 000 cas importés en Europe en 2013), dont la journée mondiale vient d’avoir lieu, il se transmet par un parasite transporté par les moustiques et se traite par une association médicamenteuse contenant de l’artémisinine.

Mesures simples et économiques

Selon l’OMS, l’application de simples mesures de bon sens permettrait de limiter l’ampleur de ces maladies : « On pourrait sauver nombre de vies et éviter bien des souffrances si l’on accordait une plus grande importance à la lutte anti-vectorielle dans l’action sanitaire mondiale, explique Margaret Chan, directeur général de l’OMS. Des interventions simples et économiques comme les moustiquaires imprégnées d’insecticide ou la pulvérisation d’insecticide à l’intérieur des habitations ont déjà permis de sauver des millions de vie. » A la tombée de la nuit, il est recommandé d’appliquer un produit répulsif sur la peau, de porter des chemises à manches longues et des pantalons de couleur claire. Dans l’idéal, les fenêtres doivent être équipées de moustiquaire. Il faut également veiller à éliminer l’eau stagnante là où les moustiques se reproduisent : vieux récipients, pots de fleurs, pneus usagés…
Enfin, les voyageurs qui se rendent dans les zones de paludisme (renseignez-vous sur Diplomatie.gouv.fr et Pasteur.fr) doivent suivre un traitement préventif. Pour les zones à risque de fièvre jaune, le vaccin est très fortement recommandé.

Bientôt un vaccin contre la dengue ? Sanofi-Pasteur, qui travaille à l’élaboration d’un vaccin contre la dengue depuis plus de vingt ans, a récemment annoncé les résultats positifs obtenus lors de l’un des essais cliniques finaux (phase III). Selon le laboratoire pharmaceutique, le vaccin testé en Asie du Sud-Est a permis de réduire de 56 % l’incidence de la maladie sur plus de 10 000 enfants âgés de 2 à 14 ans. Ce niveau de protection correspond à l’objectif initial, indique la firme, qui attend encore les résultats d’un autre essai se déroulant sur 20 000 personnes en Amérique latine. Dans les semaines à venir, les données complètes des essais seront analysées, puis présentées lors d’un congrès scientifique international et publiées dans une revue de référence. Dans le meilleur des cas, le laboratoire envisage une commercialisation du vaccin à la fin de l’année 2015, voire au début de l’année 2016.

 

Sources
- Organisation mondiale de la santé (OMS).

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS