Maladies cardiovasculaires : vers un meilleur dépistage des femmes

, par  Léa Vandeputte

La Société française d’hypertension artérielle (SF HTA) et la Fédération française de cardiologique (FFC) émettent de nouvelles recommandations pour améliorer le dépistage et la prise en charge des maladies cardiovasculaires chez les femmes.

Parmi les maladies cardiovasculaires, l’hypertension artérielle (HTA) est la plus fréquente. Elle touche près d’un Français sur trois d’après les données de l’étude nationale Esteban menée par Santé publique France entre 2014 et 2016. Face à ce constat et à l’occasion des 38e Journées de l’hypertension artérielle des 13 et 14 décembre, la SF HTA et la FFC préconisent des modifications dans sa prise en charge, et notamment en ce qui concerne les femmes. Ces dernières sont en effet particulièrement concernées par cette pathologie chronique et sont moins souvent dépistées que les hommes. Un état de fait qui avait conduit les auteurs de l’étude Esteban à indiquer que « chez les femmes, la prise en charge thérapeutique s’est même dégradée depuis une dizaine d’années ».

L’importance de l’hygiène de vie

L’HTA correspond à une pression sanguine trop élevée. « Elle est dangereuse car elle fatigue le cœur, crée des lésions graves au niveau des artères et provoque ainsi des accidents aigus cardio-cérébro-vasculaires », constate la Fédération de cardiologie. Afin d’éviter ces complications, la SF HTA et la FFC recommandent d’améliorer le dépistage chez les femmes : il « doit être systématique aux trois périodes clés de leur vie hormonale que sont les périodes d’utilisation des traitements hormonaux et en particulier la contraception, la grossesse et la ménopause ». Les fluctuations hormonales sont en effet liées au risque de développer une HTA. En complément, les spécialistes plaident pour que les femmes adoptent « une hygiène de vie optimale, préventive dès le plus jeune âge, pour combattre les autres facteurs de risque fréquemment associés, principalement le tabac, la sédentarité et le surpoids ». Ainsi, « il est recommandé de proposer un sevrage tabagique qui doit être suivi et aidé, une alimentation pauvre en sel, riche en fibres, légumes et acides gras polyinsaturés, de limiter la consommation d’alcool et de pratiquer régulièrement une activité physique et de maintenir ou atteindre un index de masse corporelle inférieur à 25 kg/m2 », ajoutent-ils.

Des différences hommes-femmes

Même si les comportements féminins ont évolué ces dernières dizaines d’années pour se rapprocher de ceux, plus à risque, des hommes, des différences subsistent. Par exemple, l’HTA est plus fréquente chez les femmes entre 18 et 34 ans que chez les hommes du même âge. Concernant les maladies cardiovasculaires en général, la population féminine peut aussi ressentir des signes d’alerte particuliers. C’est le cas notamment lors d’un infarctus du myocarde dont la manifestation peut se limiter à des troubles digestifs, à un malaise, à une fatigabilité, à des douleurs au niveau du dos ou au niveau de l’estomac alors qu’elle est plus souvent décrite, chez les hommes, comme une douleur qui monte au niveau des mâchoires et qui irradie au niveau du bras gauche. Tous ces facteurs peuvent être à l’origine d’un retard de diagnostic et donc d’un pronostic plus réservé. Le professeur Claire Mounier-Véhier, présidente de la FFC, appelle donc à la vigilance et rappelle qu’il « existe des signes non spécifiques qui doivent nous alerter, comme les maux de tête, des difficultés de concentration, des vertiges, une fatigue chronique, des troubles visuels ou des bourdonnements d’oreille ou encore des douleurs dans la poitrine voire un essoufflement à l’effort ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS