Les signes d’alerte et le dépistage chez l’enfant

, par  Patricia Riveccio

En France, la surdité touche chaque année près d’un millier de nouveau-nés. Environ 40 % de ces surdités sont sévères et profondes et les trois quarts d’entre elles sont d’origine génétique (source Inserm). On peut penser qu’avec l’arrêté du 23 avril 2012 prévoyant une proposition de dépistage systématique de la surdité avant la sortie de la maternité, la prise en charge des enfants malentendants sera dorénavant plus précoce. « Le dépistage avant 2 ans, l’âge du langage, est essentiel, insiste le professeur Puel, qui dirige l’équipe “Oreille interne” de l’Inserm 583 de Montpellier. Il peut permettre d’améliorer les résultats sur le plan linguistique et éducatif. A la naissance, l’enfant a un cerveau vierge et, s’il n’entend pas, le cerveau, qui a horreur du vide, va compenser et se servir des zones non utilisées par le langage pour faire autre chose, pour traiter de l’information visuelle par exemple. Et aux alentours de 10 ans, c’est fini. Il faut donc impérativement intervenir avant 2 ans. »

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)