Les problèmes cardiovasculaires en hausse pendant les attentats de janvier

, par  La rédaction

Les attentats ont provoqué une hausse de près de 75 % des hospitalisations dues à des problèmes cardiaques les 7, 8 et 9 janvier 2015, selon une étude de la clinique Pasteur de Toulouse. Les cardiologues ont étudié l’impact du stress émotionnel induit par les attentats sur les maladies cardiaques, à partir de données d’activité du centre de la douleur thoracique de l’établissement. Une augmentation significative des pathologies (infarctus du myocarde, arythmies cardiaques symptomatiques et insuffisances cardiaques) a été notée par les médecins au cours des trois jours d’attaques terroristes par rapport à l’ensemble du mois de janvier. « Le stress émotionnel provoqué par ces trois jours d’horreur, surmédiatisés minute par minute dans toute la France, a été un facteur de risque cardiovasculaire même à des centaines de kilomètres du lieu des attentats », explique la clinique Pasteur dans un communiqué, avant d’ajouter que, « si cette étude pilote demande confirmation à plus grande échelle, [...] elle souligne l’importance du stress comme facteur de risque de maladie cardiovasculaire ».

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS