Les parents exercent bien une influence sur le développement neurologique de leurs enfants

, par  Léa Vandeputte

Pendant la grossesse, dans les premiers mois de vie et tout au long de l’enfance, les interactions avec les parents jouent un rôle capital dans le développement sensori-moteur, cognitif et émotionnel des plus jeunes.

En interagissant avec leurs bébés, les parents stimulent leur neurodéveloppement, c’est ce que confirment les derniers travaux scientifiques sur le sujet repris par l’Académie de médecine. « Les interactions du bébé avec son environnement, de la période fœtale aux premières années de vie, stimulent la maturation et l’organisation des circuits neurologiques sensori-moteurs, cognitifs et émotionnels dans ses structures encéphaliques : amygdales cérébrales, noyaux striés, cerveau préfrontal et cervelet, notamment, explique-t-elle. Ces interactions sont à la base de sa compréhension de cet environnement. Leur fonctionnalité continue de se développer tout au long de l’enfance et de l’adolescence. »

Un impact aussi en cas de troubles

Dès la grossesse, le nourrisson perçoit la voix de sa mère et « même s’il ne parle pas encore, cherche sans cesse à apprendre », précise l’Académie. Dans la petite enfance, c’est au quotidien que les parents portent leur attention sur leurs enfants et qu’ils participent à leur organisation émotionnelle et psychoaffective, ce qui « prévient et régule le stress secondaire aux agressions extérieures ». Dans un climat et un environnement de confiance, les plus jeunes peuvent ainsi plus aisément s’adapter aux situations qu’ils rencontrent. Il est également « essentiel que les parents parlent, nomment les gestes et les objets, et œuvrent plus tard pour l’acquisition du vocabulaire et de la lecture », ajoute-t-elle. Leur place est d’autant plus primordiale « pour le soin d’un enfant à haut risque ou atteint de trouble du neurodéveloppement (TND), qu’il soit sensoriel, moteur ou cognitif », estime l’institution. Ils sont ainsi de véritables partenaires pour les équipes de soignants avec qui elles peuvent construire un projet de soins.

Accompagner les parents

« Le soutien à la parentalité est ainsi fondamental, d’une part dans la prévention des TND de l’enfant et, d’autre part, dans l’accompagnement de l’enfant en situation de handicap », souligne l’Académie. Pour y arriver, elle préconise de :

  • « procurer une information claire et compréhensible aux parents sur le neurodéveloppement de l’enfant dès les premiers mois de grossesse et de façon répétée ;
  • améliorer la formation des médecins et de tous les professionnels de la petite enfance, ainsi que celle des enseignants, sur les avancées les plus récentes concernant le neurodéveloppement sensori-moteur, cognitif et émotionnel de l’enfant, apporter une écoute attentive aux parents de la part de tous les personnels de la petite enfance : crèches, garderies, assistantes maternelles, structures sanitaires ou médico-sociales (services hospitaliers, services de protection maternelle et infantile, centres médico-psychologiques, centres d’action médico-sociale précoce, centres médico-psycho-pédagogiques) ;
  • établir un partenariat effectif avec les parents dans les soins et l’éducation de tout enfant à risque ou atteint de trouble du neurodéveloppement ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS