Les médicaments à base d’argile déconseillés quel que soit l’âge

, par  Delphine Delarue

Dans un article récent, les experts de la revue Prescrire déconseillent l’usage des médicaments à base d’argile (Smecta, Diosmectite Mylan, Actapulgite…) pour traiter les troubles digestifs, à la fois chez les enfants et les adultes. Ils sont en effet susceptibles de contenir du plomb et leur efficacité ne serait pas réellement démontrée.

Pour les professionnels de santé de la revue Prescrire, les choses sont simples : « Les médicaments à base d’argile (tels que Smecta, le Diosmectite Mylan, l’Actapulgite, ndlr), en plus de leur intérêt limité, sont contaminés par du plomb ». Alors, « autant s’en passer », expliquent-ils dans un article récent. Ces médicaments, disponibles sur ordonnance ou en automédication, sont fréquemment utilisés pour soulager les troubles digestifs comme les diarrhées, les brûlures d’estomac ou les reflux gastriques. Les argiles qu’ils contiennent, obtenues par extraction du sol, peuvent effectivement contenir de faibles quantités de métaux lourds (dont le plomb) présents naturellement dans l’environnement. Les experts de Prescrire rejoignent donc la position de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui, en février dernier, avait demandé « de ne plus utiliser ces médicaments chez l’enfant de moins de deux ans en raison de la possible présence d’infime quantité de plomb, même si le traitement est de courte durée. »

Modifications d’autorisations

De récentes analyses avaient conclu que la présence de plomb dans ces argiles exposait les enfants âgés de moins de deux ans traités pendant sept jours à une plombémie (taux de plomb dans le sang) de plus de 50 microgrammes par litres de sang. Or ce seuil est justement celui retenu pour définir le saturnisme, une intoxication au plomb susceptible de provoquer des dommages irréversibles (retard mental et/ou psychomoteur) chez l’enfant. Par précaution, ces analyses avaient conduit à une modification concernant l’usage de ces produits, jusque-là prescrits à la fois aux adultes et aux enfants. Pour rappel, désormais, le Smecta et le Diosmectite Mylan ne sont plus autorisés chez les enfants âgés de moins de deux ans. L’Actapulgite et le Bedelix ne peuvent, eux, plus être prescrits aux enfants. Quant aux autres spécialités à base d’argile, elles restent, comme auparavant, réservées aux adultes ou aux enfants âgés de plus de 15 ans. L’ANSM a également précisé que ces produits ne sont pas recommandés aux femmes enceintes ou qui allaitent.
Pour les experts de la revue, personne ne devrait utiliser ces médicaments, « quel que soit (son) âge et (sa) situation clinique ». D’après eux, en plus des risques de contamination au plomb, « l’efficacité tangible » de ces produits n’a pas été démontrée.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)