Les médicaments à base d’argile déconseillés quel que soit l’âge

, par  Delphine Delarue

Dans un article récent, les experts de la revue Prescrire déconseillent l’usage des médicaments à base d’argile (Smecta, Diosmectite Mylan, Actapulgite…) pour traiter les troubles digestifs, à la fois chez les enfants et les adultes. Ils sont en effet susceptibles de contenir du plomb et leur efficacité ne serait pas réellement démontrée.

Pour les professionnels de santé de la revue Prescrire, les choses sont simples : « Les médicaments à base d’argile (tels que Smecta, le Diosmectite Mylan, l’Actapulgite, ndlr), en plus de leur intérêt limité, sont contaminés par du plomb ». Alors, « autant s’en passer », expliquent-ils dans un article récent. Ces médicaments, disponibles sur ordonnance ou en automédication, sont fréquemment utilisés pour soulager les troubles digestifs comme les diarrhées, les brûlures d’estomac ou les reflux gastriques. Les argiles qu’ils contiennent, obtenues par extraction du sol, peuvent effectivement contenir de faibles quantités de métaux lourds (dont le plomb) présents naturellement dans l’environnement. Les experts de Prescrire rejoignent donc la position de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui, en février dernier, avait demandé « de ne plus utiliser ces médicaments chez l’enfant de moins de deux ans en raison de la possible présence d’infime quantité de plomb, même si le traitement est de courte durée. »

Modifications d’autorisations

De récentes analyses avaient conclu que la présence de plomb dans ces argiles exposait les enfants âgés de moins de deux ans traités pendant sept jours à une plombémie (taux de plomb dans le sang) de plus de 50 microgrammes par litres de sang. Or ce seuil est justement celui retenu pour définir le saturnisme, une intoxication au plomb susceptible de provoquer des dommages irréversibles (retard mental et/ou psychomoteur) chez l’enfant. Par précaution, ces analyses avaient conduit à une modification concernant l’usage de ces produits, jusque-là prescrits à la fois aux adultes et aux enfants. Pour rappel, désormais, le Smecta et le Diosmectite Mylan ne sont plus autorisés chez les enfants âgés de moins de deux ans. L’Actapulgite et le Bedelix ne peuvent, eux, plus être prescrits aux enfants. Quant aux autres spécialités à base d’argile, elles restent, comme auparavant, réservées aux adultes ou aux enfants âgés de plus de 15 ans. L’ANSM a également précisé que ces produits ne sont pas recommandés aux femmes enceintes ou qui allaitent.
Pour les experts de la revue, personne ne devrait utiliser ces médicaments, « quel que soit (son) âge et (sa) situation clinique ». D’après eux, en plus des risques de contamination au plomb, « l’efficacité tangible » de ces produits n’a pas été démontrée.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS