Les médecins ne prescrivent pas assez de génériques

, par  La rédaction

Près de trois quarts des médicaments sont encore prescrits sous leur nom de marque : c’est ce que révèle une enquête de l’association UFC-Que Choisir. Sur un échantillon de 815 ordonnances, seuls 13 % des médicaments étaient inscrits en dénomination commune internationale (DCI), c’est-à-dire sous le nom de la molécule, 14 % comportaient la DCI ainsi que le nom de marque et 73 % étaient prescrits avec le seul nom de marque. Pourtant, depuis un an, les médecins ont l’obligation de prescrire en DCI. L’association rappelle que la généralisation de cette obligation serait « un moyen efficace de lutter contre le surdosage ou les interactions médicamenteuses, en évitant le piège des noms de marque qui masquent les molécules présentes », et permettrait aux consommateurs « d’acheter à moindres frais la bonne molécule ». Au vu des résultats de son enquête, l’UFC-Que Choisir a demandé au ministère de la Santé et à l’Assurance maladie « l’inscription de la prescription en DCI dans les critères de rémunération sur objectifs de santé publique des médecins », ainsi que « des contrôles pour identifier les médecins récalcitrants et leur rappeler instamment cette obligation légale ».

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS