Les médecins ne prescrivent pas assez de génériques

, par  La rédaction

Près de trois quarts des médicaments sont encore prescrits sous leur nom de marque : c’est ce que révèle une enquête de l’association UFC-Que Choisir. Sur un échantillon de 815 ordonnances, seuls 13 % des médicaments étaient inscrits en dénomination commune internationale (DCI), c’est-à-dire sous le nom de la molécule, 14 % comportaient la DCI ainsi que le nom de marque et 73 % étaient prescrits avec le seul nom de marque. Pourtant, depuis un an, les médecins ont l’obligation de prescrire en DCI. L’association rappelle que la généralisation de cette obligation serait « un moyen efficace de lutter contre le surdosage ou les interactions médicamenteuses, en évitant le piège des noms de marque qui masquent les molécules présentes », et permettrait aux consommateurs « d’acheter à moindres frais la bonne molécule ». Au vu des résultats de son enquête, l’UFC-Que Choisir a demandé au ministère de la Santé et à l’Assurance maladie « l’inscription de la prescription en DCI dans les critères de rémunération sur objectifs de santé publique des médecins », ainsi que « des contrôles pour identifier les médecins récalcitrants et leur rappeler instamment cette obligation légale ».

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS