Les médecins approuvent le principe des CPTS et des assistants médicaux

, par  Isabelle Coston

Les syndicats de médecins ont finalement donné leur aval au gouvernement pour le financement des communautés territoriales de santé (CPTS) et la création de postes d’assistants médicaux, deux projets qui ont pour but de lutter contre la désertification médicale.

Malgré quelques réticences, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) et le Syndicat des médecins libéraux (SML) se sont prononcés respectivement les 15 et 16 juin en faveur des deux projets d’accord soumis par la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam). Ils rejoignent ainsi MG France qui avait déjà déclaré dans un communiqué valider ces textes officiels, dont la signature est prévue pour le jeudi 20 juin. Ces deux accords conventionnels s’inscrivent dans le projet de loi de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pour réformer le système de santé en réorganisant, au niveau territorial, l’offre de soins. L’un porte sur le déploiement des communautés territoriales de santé, l’autre sur la création de postes d’assistants médicaux.

Aide à l’embauche d’assistants médicaux

L’un des deux textes prévoit d’octroyer une subvention au médecin pour employer un assistant. D’un montant de 36 000 euros l’année du recrutement, elle sera de 27 000 euros la deuxième année, puis s’élèvera à 21 000 euros par an ensuite. Cette aide sera particulièrement bienvenue pour les généralistes dont beaucoup, en particulier dans les déserts médicaux, exercent seuls dans leur cabinet. Le chef de l’État, Emmanuel Macron, compte sur la création d’au moins 4 000 postes d’assistants médicaux d’ici à la fin de son quinquennat.

Coup de pouce aux CPTS

Fondée sur le regroupement volontaire de professionnels de santé d’une même zone géographique, la CPTS améliore les conditions d’exercice des médecins généralistes, spécialistes, infirmières, sages-femmes, kinésithérapeutes, pharmaciens, etc. Elle simplifie aussi le parcours du patient, en permettant, par exemple, de réduire les délais d’obtention d’un rendez-vous avec un spécialiste ou encore d’éviter la redondance des soins grâce à une meilleure coordination des professionnels de santé. Le gouvernement s’est fixé pour objectif le développement d’un millier de groupements libéraux d’ici à 2022.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS