Les inégalités socioprofessionnelles aggravées par la maladie

, par  Delphine Delarue

Selon l’étude Vican 2, présentée par l’Institut national du cancer (Inca) en 2014, la perte d’emploi après le cancer touche davantage les personnes les moins diplômées, les ouvriers, les employés et les salariés précaires. A cause des séquelles de la maladie et des traitements, la poursuite ou la reprise du travail se révèle en effet particulièrement délicate pour ceux qui exercent un métier d’exécution physique. Et « plus le pronostic vital est mauvais, plus l’écart observé entre métiers d’exécution et métiers d’encadrement s’accroît : pour un cancer de bon pronostic, le taux de maintien dans l’emploi deux ans après le diagnostic est de 89 % pour les métiers d’encadrement et de 74 % pour les métiers d’exécution, contre respectivement 48 % et 28 % pour les cancers de mauvais pronostic », précisent les auteurs de l’étude.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)