Les inégalités socioprofessionnelles aggravées par la maladie

, par  Delphine Delarue

Selon l’étude Vican 2, présentée par l’Institut national du cancer (Inca) en 2014, la perte d’emploi après le cancer touche davantage les personnes les moins diplômées, les ouvriers, les employés et les salariés précaires. A cause des séquelles de la maladie et des traitements, la poursuite ou la reprise du travail se révèle en effet particulièrement délicate pour ceux qui exercent un métier d’exécution physique. Et « plus le pronostic vital est mauvais, plus l’écart observé entre métiers d’exécution et métiers d’encadrement s’accroît : pour un cancer de bon pronostic, le taux de maintien dans l’emploi deux ans après le diagnostic est de 89 % pour les métiers d’encadrement et de 74 % pour les métiers d’exécution, contre respectivement 48 % et 28 % pour les cancers de mauvais pronostic », précisent les auteurs de l’étude.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)