Les homosexuels vont bientôt pouvoir donner leur sang

, par  Delphine Delarue

Selon un arrêté de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, les homosexuels pourront participer aux collectes de l’Etablissement français du sang (EFS) dès le mois de juillet... mais uniquement douze mois après leur dernier rapport sexuel avec un homme.

Le don du sang leur était jusque-là interdit. A partir du mois de juillet, les hommes homosexuels pourront participer aux collectes de l’Etablissement français du sang (EFS), mais sous certaines conditions seulement. D’après un arrêté de la ministre de la Santé paru le 5 avril au Journal officiel, les hommes pourront donner leur sang « douze mois après le dernier rapport sexuel » avec un autre homme. Pour un don de plasma, le délai d’abstinence est fixé à quatre mois. De leur côté, les femmes « dont le partenaire masculin a eu lui-même un rapport sexuel avec un homme dans les douze derniers mois » devront également attendre un an après leur dernier rapport sexuel pour pouvoir donner leur sang (quatre mois pour un don de plasma). Des restrictions qui ont pour objectif annoncé de limiter les risques de transmission d’agents infectieux comme le VIH.

Des critères trop stricts pour les associations

Certaines associations regrettent le caractère trop strict de ces conditions. Dans un communiqué, le collectif Homodonneur parle même d’une mesure « inhumaine », d’une « régression » et d’une « trahison ». En novembre, alors qu’elle annonçait ces conditions, Marisol Touraine avait déjà essuyé de nombreuses critiques. Catherine Michaud, présidente de GayLib et secrétaire nationale UDI aux droits LGBT, dénonçait notamment une position « surprenante eu égard aux pénuries de sang constatées régulièrement » par l’EFS. Selon elle, le gouvernement mettait ainsi fin « à une interdiction pour la remplacer par une discrimination ». La ministre avait alors défendu « une véritable avancée », rappelant, dans une tribune publiée par Le Huffington Post, que sa décision n’était qu’« une étape » dans « un processus » qui permettra « de proposer les mêmes conditions de don aux hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes et aux hétérosexuels ». En clair, dès que les données scientifiques permettront de prouver que le risque de prélever du sang contaminé chez les homosexuels n’est pas plus élevé, les restrictions pourraient être levées.

Sources

- « Don du sang des homosexuels : “Nous partageons le même combat“ », Marisol Touraine, tribune, Le Huffington Post, 6 novembre 2015.

- Arrêté du 5 avril 2016 fixant les critères de sélection des donneurs de sang, JORF, n° 0085, 10 avril 2016, texte n° 8.

- « Don du sang : ouvert aux homosexuels en juillet », Anne-Laure Lebrun, Pourquoi Docteur, 11 avril 2016.

- « Le passage en force », Homodonneur, communiqué de presse, 10 avril 2016.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS