Les ennemis de la mémoire

, par  Vanessa Pageot-Françoise

• Les médicaments qui agissent sur le cerveau, comme les anxiolytiques, les antidépresseurs, mais aussi les somnifères. En modifiant la manière dont les neurones communiquent, ils perturbent la mémoire et la concentration.
• Le stress. Tout est dans le « dosage » : un peu de stress aurait des effets positifs ; trop de stress altère les capacités d’apprentissage et de mémorisation en perturbant le rappel des informations mémorisées, par exemple lors d’un examen scolaire ou d’un concours.
• L’alcool. La consommation modérée d’alcool, et plus particulièrement de vin (grâce à l’action protectrice des flavonoïdes), aurait un effet bénéfique sur les fonctions cognitives, notamment sur la mémoire. L’alcoolisme chronique, associé à une carence en vitamine B1, est au contraire responsable du syndrome de Korsakoff.
Il s’agit d’une amnésie dite antérograde : tous les souvenirs entre les premiers signes du syndrome et le moment présent sont effacés.
• Les drogues. La plupart des drogues synthétiques agissent sur le cerveau et altèrent les fonctions cognitives à court et moyen termes. D’autres drogues, appelées pilules de l’oubli, rendent la mémoire de la victime floue des heures après leur ingestion.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)