Le point sur l’isotrétinoïne

, par  Catherine Chausseray

L’isotrétinoïne (Roaccutane) est proposée en première intention dans les cas d’acné très sévère présentant un risque cicatriciel important et en seconde intention, après trois mois de traitement local et d’antibiothérapie sans amélioration, pour les acnés sévères susceptibles elles aussi de laisser des cicatrices.
Ce médicament, administré par voie orale, constitue un remède efficace, mais demande un suivi médical très strict. Des examens préalables au traitement sont indispensables. Un test de grossesse est obligatoire, en raison du risque tératogène (risque de malformation du fœtus) présenté par cette molécule. Il doit être réalisé trois jours avant chaque consultation. Bien entendu, une contraception par voie orale (pilule contraceptive) doit automatiquement y être associée. Un dernier test de grossesse sera effectué cinq semaines après la fin du traitement.
Par ailleurs, lorsque l’acné est soignée par isotrétinoïne, un bilan biologique (prise de sang) doit être pratiqué régulièrement : au début, un mois plus tard, puis tous les trois mois, tout au long du traitement. Certains dosages seront alors vérifiés (cholestérol, triglycérides et enzymes du foie dites transaminases). Un mauvais fonctionnement du foie (insuffisance hépatique) constitue une contre-indication au traitement.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS