Le poids de la sédentarité

, par  Isabelle Delaleu

Si l’on conseille aux adultes de faire au moins trente minutes d’activité physique par jour, chez les 5-17 ans ce « minimum » devrait être doublé, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui recommande donc soixante minutes par jour d’activité modérée à intense. C’est important à la fois pour éviter le surpoids et pour stimuler les systèmes musculaire et osseux des enfants et des ados en pleine croissance. Les enfants plus actifs ont non seulement un gain de tissu adipeux sous-cutané plus faible que les peu actifs, mais aussi un meilleur équilibre alimentaire. Toutefois, beaucoup d’enfants sont bien loin de cette recommandation, d’autant que le temps passé devant les écrans a considérablement augmenté et que ces derniers sont devenus les principaux loisirs des jeunes. Et cela a de vrais effets pervers, puisqu’il s’agit d’un temps d’inactivité physique, la dépense énergétique étant alors quasi nulle. Selon l’expertise collective de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), c’est clairement « la réduction de l’activité physique au profit de la télévision ou des consoles de jeux vidéo qui semble favoriser le surpoids, en particulier à des moments critiques de la vie, comme la période prépubertaire chez la jeune fille. Il semble donc clair, en termes de prévention ou de traitement de l’obésité infantile, qu’il est nécessaire d’agir au niveau de la dépense énergétique liée à l’activité physique ». Il est fortement recommandé de ne pas dépasser deux heures par jour d’écran – une heure pour les moins de 4 ans – et de favoriser le plus possible les activités physiques, à l’école ou en extrascolaire (et même à la maison et en famille). Une expérience anglaise réalisée en 1999 chez plus d’une centaine d’enfants, d’une durée de sept mois et qui visait uniquement à réduire le temps d’écran quotidien (avec information aux parents) a clairement montré un effet bénéfique de cette baisse tant sur l’indice de masse corporelle (IMC) que sur la masse grasse des enfants.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)