Le plan santé-environnement tire les premières leçons de la pandémie

, par  Isabelle Coston

Le gouvernement a dévoilé lundi 26 octobre son quatrième plan national santé-environnement (PNSE) pour la période 2020-2024. En pleine crise sanitaire, celui-ci tient bien entendu compte de ce contexte pandémique.

« Les enseignements de la crise sanitaire, spécifiquement la prise de conscience des interactions entre santé humaine, animale et environnementale, ont accompagné l’élaboration de ce nouveau plan », assure le gouvernement, qui aborde également bien d’autres sujets tels que les nuisances sonores, le déploiement de la 5G, la lutte contre les nuisibles ou encore la qualité de l’air intérieur dans les établissements sensibles. Alors que le précédent PNSE (2015-2019) comportait plus de 100 mesures, le projet actuel a un nombre d’actions resserré, qui peuvent être mises en place rapidement. Les ministères de la Transition écologique et des Solidarités et de la Santé indiquent également vouloir « démultiplier les actions concrètes menées dans les territoires ».

Surveiller les zoonoses émergentes

Parmi les dix-neuf mesures présentées dans ce PNSE
pour limiter les expositions et les risques induits, et mieux informer les Français, le gouvernement mentionne, notamment, la prévention des zoonoses. Il fait même de la surveillance de ces maladies infectieuses transmises de l’animal à l’homme l’une de ses priorités. Pour cela, le ministère des Solidarités et de la Santé et celui de la Transition écologique travailleront en synergie afin de mettre en action simultanément tous les réseaux de surveillance, à la fois en santé humaine, animale et environnementale.

Mieux contrôler les dangers liés à l’environnement

Mais la nouveauté réside aussi dans la volonté de faire participer les citoyens, afin de « permettre à chacun d’être acteur de son environnement et de sa santé ». Ce quatrième plan est donc mis en consultation et les Français sont appelés à donner leur avis en ligne du 26 octobre au 9 décembre 2020. L’objectif est de « mieux comprendre les risques auxquels chacun s’expose afin de mieux se protéger », souligne le gouvernement, avant de poursuivre : « La santé environnement est l’affaire de tous. Le quatrième plan national santé environnement porte une ambition : mieux comprendre les risques auxquels chacun s’expose afin de mieux se protéger. Fondé sur l’approche « Un monde, une santé », il doit permettre à chacun, citoyen, élu, professionnel, chercheur, d’agir pour un environnement favorable à notre santé. » Il s’articule pour cela autour de quatre axes. En premier lieu, le gouvernement souhaite « l’accompagnement des citoyens et des professionnels de la santé dans l’apprentissage des bons gestes à adopter pour un mode de vie sain et responsable ». Il veut également « réduire les expositions nocives pour la santé dues à la dégradation de l’environnement, et offrir une meilleure compréhension des risques liés à ces expositions ». Enfin, les ministères invitent les collectivités locales à se mobiliser davantage autour d’actions en faveur de la santé et de l’environnement.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS