Le « pass santé contraception » lancé en Ile-de-France

, par  André Degon

La région Ile-de-France vient de lancer le « pass santé contraception » qui permettra à 159 000 lycéens et lycéennes de seconde, apprentis et élèves en formation sanitaire et sociale d’accéder gratuitement et de façon anonyme à une contraception. Ce dispositif a été lancé le 26 avril au lycée Elisa-Lemonnier par Jean-Paul Huchon, président du conseil d’Ile-de-France en compagnie de Luc Chatel, ministre de l’Education nationale associée à ce dispositif.

Conçu sous forme de chéquier avec des coupons, le pass santé contraception donne accès à une première contraception gratuite et anonyme. Le premier coupon propose une consultation dans un centre de planification et d’éducation ou chez un médecin généraliste, un gynécologue, une sage-femme. Le deuxième permet au jeune de faire une prise de sang ou des analyses. Le troisième permet d’obtenir le contraceptif choisi en accord avec le praticien dans une pharmacie ou dans un centre de planification et d’éducation familiale. Le quatrième coupon donne accès à une deuxième consultation médicale. Quant au cinquième, il est prévu pour le renouvellement du contraceptif. Gratuit et anonyme, le carnet est délivré depuis le 26 avril 2011 par les infirmières scolaires dans les lycées, les référents santé dans les centre de formation d’apprentis (CFA) et les instituts de formation sanitaire ou sociale. Il sera valable chez l’ensemble des professionnels médicaux de la région.
« Dans la réalité, les jeunes ayant besoin d’une contraception régulière en particulier sont confrontés à différents obstacles », explique la région Ile-de-France, qui cite « le manque de confidentialité du circuit de remboursement », les problèmes de « financement » ou encore une « méconnaissance » du sujet.
La mesure vise également « à faire reculer le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) ou de grossesses non désirées », précise la région.
Au niveau national, plus de 13 200 IVG ont été réalisées sur des mineures en 2006, selon l’Inspection générale des affaires sociales, un chiffre en hausse continue (10 722 en 2002).
Le gynécologue Israël Nisand estime que ce chiffre est « sous évalué » et plus proche de 15 000. Il a été chargé par le gouvernement de réfléchir à l’idée de l’anonymat et d’une gratuité générale de la contraception.
En Poitou-Charentes, la présidente de région, Ségolène Royal, avait mis en place en 2009 un dispositif similaire (tickets et bons d’échanges) pour délivrer la pilule aux mineures. Elle s’était heurtée à l’opposition du ministre et au refus de l’académie d’autoriser les proviseurs de lycées de distribuer le « pass contraception » par l’intermédiaire des infirmières scolaires. Si bien que les tickets sont depuis juillet 2010 disponibles chez les professionnels de santé libéraux (généralistes, gynécologues) de la région. Puisque M. Chatel est favorable au dispositif mis en place en Ile-de-France, Mme Royal envisage de faire distribuer de nouveau les pass aux infirmières scolaires. Quant au ministre de l’Education nationale, il souhaite que les résultats de l’évaluation qui sera menée dès la fin de l’année 2011 soient présentés à l’Association des régions de France (ARF) et à l’ensemble des responsables académiques.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS