Le Nobel de médecine attribué à Svante Pääbo qui a séquencé l’ADN de Néandertal

, par  Léa Vandeputte

Le paléogénéticien suédois est le lauréat du prix Nobel de médecine 2022. Il est récompensé pour ses travaux sur le séquençage du génome de l’homme de Néandertal, découverte qui a donné un nouveau souffle à la médecine évolutive.

L’Académie Nobel a attribué le prix de la physiologie et de la médecine 2022 au suédois Svante Pääbo, le 3 octobre, pour « ses découvertes concernant le génome d’homininés éteints et l’évolution humaine ». Ce scientifique a largement contribué au décodage de l’ADN des Néandertaliens et permis d’avancer que ces derniers avaient mélangé leurs gènes avec nos ancêtres Homo sapiens.

Des ancêtres disparus

Svante Pääbo s’est intéressé à l’ADN néandertalien, un parent éteint de l’homme actuel, dès les années 1980 et il est parvenu à le séquencer en 2010. En parallèle, il fait la découverte, qualifiée de « sensationnelle » par l’Académie Nobel, d’une autre espèce d’homininé jusqu’alors inconnue : Denisova. Quelques années plus tard, il va remarquer qu’un transfert de gènes a eu lieu de ces hominines – Néandertal et Denisova – aujourd’hui éteints, vers Homo sapiens après leur migration hors de l’Afrique il y a environ 70 000 ans. « Ce flux ancien de gènes vers les humains actuels a une importance physiologique aujourd’hui, par exemple en affectant la façon dont notre système immunitaire réagit aux infections, explique l’Académie. Les recherches de Pääbo ont donné naissance à une discipline scientifique entièrement nouvelle : la paléogénomique. »

Aux origines des êtres humains

Svante Pääbo est né 1955 à Stockholm en Suède. Il a soutenu sa thèse de doctorat en 1986 à l’université d’Uppsala, en Suède toujours, puis a été stagiaire postdoctoral à l’université de Zürich en Suisse avant de rejoindre l’université de Californie à Berkeley (États-Unis). En 1990, il devient professeur à l’université de Munich, en Allemagne. Puis, en 1999, il fonde l’institut Max-Planck d’anthropologie de l’évolution à Leipzig (Allemagne), où il est toujours actif. Il occupe également un poste de professeur adjoint à l’Institut des sciences et de la technologie d’Okinawa, au Japon. Svante Pääbo est l’un des rares lauréats du prix Nobel à le recevoir seul – cela n’avait été le cas au XIXe siècle que de Robert Edward en 2010 pour la fécondation in vitro et de Yoshinori Ohsumi en 2016 pour l’autophagie cellulaire. Mais même si les résultats de ses recherches sont issus d’un travail d’équipe, ce prix Nobel récompense la ténacité d’un homme dont les « découvertes constituent la base de l’exploration de ce qui fait de nous des êtres humains à part entière », conclut l’Académie.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)