Le mot du président

, par  Mutuelle de l’Industrie du Pétrole

Une actualité « réglementaire » en pleine et permanente ébullition, une population en bonne santé, une espérance de vie de 82,3 ans en moyenne, un système de soins « très bon », mais un déficit récurrent.

Al’heure où vous lirez ces lignes, l’année 2016 commencera. Il m’appartient donc de vous souhaiter à toutes et à tous, au nom des membres du conseil d’administration et de son bureau, une excellente santé pour vous-mêmes et vos proches.
Profitez bien de l’année 2016. L’année suivante sera tellement bouleversée par les annonces qui vous sont faites chaque jour qu’il est difficile de vous préciser celles qui ne seront visibles qu’en 2017, voire en 2023.
Le début de cet article va vous donner de bonnes nouvelles, puisqu’elles sont communiquées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans son Panorama de santé 2015.
• Le système de santé français est « très bon » ; il était le meilleur en 2000.
• L’espérance de vie en France est de 82,3 ans en moyenne, contre 80,5 ans dans les autres pays comparés.
• Les Français n’abusent pas des antidépresseurs, contrairement à une idée répandue selon laquelle ils en seraient les premiers consommateurs au monde. En réalité, ils ne se classent qu’au douzième rang.
D’importantes marges de progrès existent cependant, dans les comptes de la Sécurité sociale notamment : la France consacre 11 % de son PIB aux dépenses de santé, contre 8,9 % en moyenne pour les pays de l’OCDE, et depuis quatorze ans la branche maladie de notre système de santé est déficitaire.
Finalement, nous ne sommes pas si mauvais élèves, puisque la France se classe sixième.
Tout cela énoncé, les patients français ne prennent réellement en charge que 7 % de leurs dépenses totales de santé, contre 20 % en moyenne dans les pays de l’OCDE, soit le taux le plus faible de toute la zone. Merci à notre bonne vieille septuagénaire qu’est la Sécurité sociale.

Réglementation et démutualisation

Puisque nous ne passons pas notre vie à profiter des statistiques bienveillantes, je souhaite que l’actualité sur la santé ou la prise en charge de vos parents ou ascendants ne constitue pas votre quotidien, sinon il y aurait de quoi y perdre votre latin tant la situation devient complexe.

 

De belles idées qui génèrent des « usines à gaz » à l’efficacité incertaine
Cela est tout particulièrement dû à des annonces jamais vraiment étayées par des faits intangibles et donc toujours susceptibles d’être modifiées ou annulées. Tant que les annonces seront faites avant des études correctement et complètement menées, il en sera ainsi.
Il est, évidemment, toujours question d’améliorer la situation des Français, et il ne faudrait pas aller bien loin dans les déclarations tant du président de la République que dans celles de la ministre de la Santé pour trouver des incantations sur l’immobilisme des Français, le souhait de voir une simplification radicale de notre système de soins… devenant immédiatement la cause de tous les maux.
Malheureusement, toutes ces annonces ne sont qu’un prélude à la génération d’« usines à gaz » chaque jour plus illisibles et incompréhensibles par tous.
Notre problème, à nous, mutualistes, est de constater, après l’annonce de belles idées, que des Français renoncent à des soins, que la mutualisation n’existe plus que dans la tête de quelques-uns, ou plutôt que la « démutualisation » s’opère à grande vitesse, par exemple lorsque les salariés actifs se voient offrir une couverture santé différente selon les vues et les désirs des uns ou des autres.
A terme, il est à craindre une « parcellisation » des populations couvertes ou non, ce qui nuira bien sûr à leur couverture individuelle.

 

Les actifs
Depuis maintenant quelques années, vous entendez parler de l’accord national interprofessionnel (ANI) devant permettre à tous les salariés actifs de bénéficier d’une complémentaire santé, dont au moins 50 % de la cotisation doit être prise en charge par leur entreprise.
Là encore, la taille de l’entreprise est prépondérante pour la mise en œuvre de ce processus, la tentation étant d’offrir au collaborateur (et pas à sa famille) une « couverture de base » à un « tarif de base ». La démutualisation est toujours en marche… Il est alors bien tentant de se limiter à cette couverture de base, le collaborateur devant souscrire des offres optionnelles pour bénéficier d’une couverture raisonnable pour lui-même, son conjoint et ses enfants.
Rien n’est encore fait pour que l’ANI soit mis en œuvre dans toutes les entreprises au 1er janvier 2016. D’ailleurs, des sanctions sont-elles prévues en cas de non-respect de cette obligation ?
Sa généralisation sera-t-elle suffisante pour réduire le nombre de personnes en France qui n’ont pas de complémentaire santé ? Certainement pas. Restent : les jeunes, les personnes âgées, les précaires…

 

Les seniors
Depuis notre assemblée générale, vous n’entendez plus parler que de l’avenir de la généralisation de l’accès à la complémentaire santé pour les seniors, à partir de 2017-2018.
La Mutualité française a des idées, le président de la République aussi, et ce ne sont pas les mêmes. Quel dommage que toutes ces annonces soient faites sans aucune concertation ni information sur les moyens d’y parvenir et de les financer.
Les seniors sont-ils tous soumis aux mêmes contraintes ? Absolument pas, dans la mesure où certains d’entre eux avaient une couverture individuelle, d’autres, les conditions de l’époque où ils ont quitté l’entreprise, et maintenant, les conditions prévues pour leur sortie de l’entreprise.
Depuis la mise en œuvre de la loi Evin, si le salarié bénéficiait d’un contrat collectif obligatoire, l’assureur concerné doit offrir au désormais retraité les mêmes prestations que précédemment, avec une cotisation moyenne pouvant être augmentée et plafonnée à 50 %, le président de la République souhaitant que cette augmentation soit lissée dans le temps.
Cela permet aujourd’hui à certains « visionnaires » de dire que la cotisation d’un retraité peut être trois ou quatre fois supérieure à celle dont il bénéficiait lorsqu’il était actif, ce qui est bien entendu, extrêmement lié à la participation que prenait en charge l’entreprise.
A ce jour, sur ce sujet, les idées gouvernementales sur les propositions à faire aux plus de 65 ans sont reçues très fraîchement par les organismes complémentaires hostiles à ce projet.
Alors, adaptation de la loi Evin, multiplication des offres aux seniors, baisse de la couverture proposée, normalisation, uniformisation ?
Je suis intimement persuadé qu’il y a limite à tout régenter au mépris de la liberté et des choix de vie, même s’il faudrait se demander dans quelle mesure chacun peut faire ce qui lui convient avec pour corollaire qu’il soit couvert par le collectif.
En tout état de cause, vous avez là une des raisons qui ont conduit, par prudence, votre conseil d’administration à prévoir une augmentation de vos cotisations de 1 % au 1er janvier 2016 sur les contrats mutualisés.
Voilà encore un plat de résistance qui sera difficile à avaler dans les toutes prochaines années.
Espérant ne pas vous avoir occasionné une indigestion, je vous renouvelle mes meilleurs souhaits pour cette nouvelle année, qui nous apportera, n’en doutons pas, d’autres belles idées et simplifications.

 

Georges Renouard, président MIP

 

Assemblée générale 2016 à Lyon
Le président régional Laurent Decalf et sa section Grand Sud-Est auront le plaisir d’accueillir les délégués et les administrateurs lors de la 87e assemblée générale de MIP. Celle-ci se tiendra les 26 et 27 mai 2016 au Novotel Gerland, à Lyon. Les documents d’inscription seront adressés aux participants fin février 2015.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS