Le Mois sans tabac rempile pour une 7e édition

, par  Constance Perin

Depuis 2016, en novembre, des milliers de Français choisissent collectivement d’écraser leur dernière cigarette en participant au Mois sans tabac. Un défi national qui a déjà séduit près d’un million de personnes en six ans.

Le 1er novembre a marqué le coup d’envoi de la 7e édition du Mois sans tabac. Durant 30 jours, Santé publique France et le ministère de la Santé et de la Prévention, en partenariat avec l’Assurance maladie, invite tous les fumeurs à se débarrasser du tabac.

L’union fait la force

« Quand on arrête de fumer, c’est toujours mieux de se faire accompagner », certifie le site Mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr. Cette campagne, qui prend la forme d’un défi collectif, vise à faciliter le sevrage des fumeurs via un accompagnement ciblé. Les participants peuvent par ce biais profiter de nombreux outils mis à leur disposition sur le site dédié : un kit d’aide à l’arrêt comprenant notamment un programme étalé sur 40 jours, une consultation avec un professionnel, une application à télécharger et des divertissements pour les aider à ne pas craquer. À ces outils s’ajoute le soutien de la communauté d’entraide via notamment les pages Facebook, Twitter et Instagram, un réel plus pour les plus de 130 000 inscrits au Mois sans tabac 2022.
Cette année, des célébrités viendront elles aussi encourager les fumeurs dans leur tentative en participant à une émission télévisée inédite intitulée « Respire, la soirée Mois sans tabac » réalisée par Santé publique France, en partenariat avec Radio France et France Télévisions. Elle sera diffusée le vendredi 18 novembre, en deuxième partie de soirée, sur France 3. « Pour cette 7e édition de Mois sans tabac, nous avons souhaité créer un événement fédérateur autour de l’arrêt du tabac, notamment avec la mobilisation de célébrités, explique Justine Avenel, cheffe de projet Mois sans tabac à Santé publique France. Grâce à cette émission, nous souhaitons rendre plus concrète la nature collective de Mois sans tabac et montrer le soutien aux fumeurs qui s’engagent dans l’arrêt du tabac  ».

Des chances d’arrêter multipliées par 5

Que ce soit pour réaliser des économies, préserver sa santé ou encore protéger celle de son entourage, les raisons d’arrêter le tabac sont variées. Et à ces différentes explications viennent s’ajouter les divers types du fumeur (compulsif, régulier, occasionnel, dépendant…). Autant de variantes à prendre en compte dans l’arrêt du tabac. À ce titre, pour s’adapter à chaque personne, le site Mois sans tabac met à leur disposition une source d’informations ciblées, notamment sur la prise de poids associée à l’arrêt du tabac, sur les troubles digestifs, sur l’effet de l’arrêt sur le moral, ou encore sur l’utilisation de patchs ou substituts nicotiniques.
Et le résultat du Mois sans tabac est éloquent : en arrêtant de fumer pendant 30 jours, les participants multiplient par 5 leurs chances de se débarrasser définitivement de la cigarette, rejoignant ainsi les 50 millions de personnes qui vivent sans tabac en France. Un chiffre non négligeable, quand on sait que le tabac peut être à l’origine de maladies graves, notamment du cœur ou des poumons, liées à la présence de goudron, plomb ou encore gaz toxiques, et responsable de 75 000 décès par an.

Des effets bénéfiques et rapides sur la santé

L’arrêt du tabac est clairement bénéfique pour la santé.
Vingt minutes à peine après sa dernière cigarette, le fumeur en voit déjà les premiers effets. Sa pression sanguine redevient normale. Dans les quelques jours qui suivent, ce dernier retrouve peu à peu le goût et l’odorat, et en quelques semaines, il tousse déjà moins et retrouve une meilleure forme physique. Sa peau est également plus belle et ses dents moins jaunes...
Au bout d’une année, le risque d’accident vasculaire cérébral redevient équivalent à celui d’une personne n’ayant jamais fumé, et celui d’infarctus du myocarde diminue de moitié.
Enfin, au bout d’une décennie, les risques de cancer de la bouche, du poumon et de la vessie se réduisent et l’espérance de vie de l’ancien fumeur se rapproche de celle des personnes n’ayant jamais fumé.
Ajoutons à cela une meilleure résistance du corps face aux maladies, une meilleure digestion, ou encore une amélioration de la fertilité.
En parallèle, des bienfaits sont aussi à constater psychologiquement : l’arrêt du tabac s’accompagne d’une meilleure concentration, d’une diminution du stress et de l’anxiété, et offre un meilleur sommeil. Enfin, en relevant ce défi sur la dépendance de la cigarette, le fumeur reprend le pouvoir sur sa vie, et gagne en confiance.

Retrouvez toutes les informations sur le site du Mois sans tabac, sur le site www.tabac-info-service.fr ou via le numéro d’aide 39 89.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS