Le manque de lumière ne rendrait pas déprimé

, par  La rédaction

Les médecins font la distinction entre la « vraie » dépression, que l’on identifie comme une maladie à part entière, et la déprime saisonnière, qui affecte certaines personnes à l’approche de l’hiver. Lorsque l’intensité lumineuse baisse et que les jours raccourcissent, ces dernières se sentent déprimées, dorment et mangent davantage. Pourtant, une vaste étude parue dans le journal Clinical Psychological Science, réalisée d’après les données obtenues auprès de 35 000 Américains âgés de 18 à 99 ans, vient bousculer les idées reçues. Elle affirme en effet que ces troubles de l’humeur ne seraient pas dus au manque de lumière, puisque leur prévalence ne varierait pas selon la latitude, la saison et l’exposition à la lumière. S’exposer aux lampes de luminothérapie serait donc inutile pour soigner le « coup de blues » à l’approche de l’hiver… Affaire à suivre.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)