Le mal de tête chez l’enfant

, par  Ciem

Chez l’enfant, les maux de tête sont relativement fréquents. Ils sont généralement bénins et passent avec un simple comprimé antalgique (paracétamol). La plupart du temps, il s’agit de céphalées de tension liées à de la fatigue, de l’angoisse, du stress, des contrariétés ou même à un brutal changement de température. Le mal de tête peut aussi être provoqué par un épisode infectieux, comme une sinusite ou une otite, ou encore être en rapport avec une migraine. Lorsqu’elle est chronique (environ 5 % des enfants sont migraineux), celle-ci doit être prise en charge par le pédiatre, le médecin traitant, voire le neurologue. Ce sont eux qui poseront le diagnostic et proposeront un traitement adapté (de l’ibuprofène le plus souvent). Parfois, le médecin demandera une IRM cérébrale ou un scanner pour écarter toute suspicion de tumeur ou de malformation. Lors de l’examen clinique, il sera particulièrement attentif aux douleurs situées à l’arrière de la tête, accompagnées de troubles de la conscience, de fièvre intense et mal supportée, ainsi que d’une raideur de la nuque (l’enfant ne peut pas baisser la tête) : caractéristiques de la méningite, ces signes doivent conduire à consulter en urgence à l’hôpital.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)