Le laser : efficace sur l’acné et non invasif

, par  Catherine Chausseray

Bien qu’ils ne fassent pour l’instant l’objet d’aucune recommandation d’utilisation de la part des experts, les lasers à infrarouge donnent de bons résultats dans le traitement de l’acné. Leur action consiste à chauffer les glandes sébacées. Pour traiter l’inflammation, les dermatologues utilisent des leds rouges et des leds bleues. « Alors qu’un traitement tel que le Roaccutane demande à être pris sur une longue période, le laser agit immédiatement, explique Isabelle Catoni, dermatologue et membre du Syndicat national des dermatologues vénéréologues (SNDV). Il présente aussi l’avantage de cibler la zone à traiter. Théoriquement, les femmes enceintes peuvent soigner leur acné sur le visage avec le laser, alors que c’est impossible avec le Roaccutane. Cela dit, les consignes médico-légales le déconseillent », tient-elle à préciser. Le laser est aussi utilisé avec succès pour faire disparaître les cicatrices dues à l’acné.
Une séance de laser reste un acte médical. Il est important qu’elle soit pratiquée par un dermatologue spécialement formé, apte à poser un diagnostic et à utiliser les appareils en fonction de la peau du patient.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS