La vie après l’infarctus

, par  Aliisa Waltari

Une fois le risque vital écarté, une nouvelle vie commence pour le patient qui a été victime d’un infarctus. Avant sa sortie de l’hôpital, il subit généralement plusieurs examens (électrocardiogramme, échographie cardiaque, coronarographie, épreuve d’effort, scintigraphie myocardique) destinés à évaluer les risques de récidive et à dépister d’éventuelles séquelles, une insuffisance cardiaque ou un trouble du rythme cardiaque. Il devra ensuite suivre un programme de réadaptation cardiovasculaire destiné à favoriser la récupération des capacités de son cœur et prendre un traitement médicamenteux spécifique, le « BASI » (bêtabloquants, antiagrégants plaquettaires, statines et inhibiteurs de l’enzyme de conversion), généralement à vie. Bien sûr, son hygiène de vie sera entièrement revue : arrêt du tabac, mise en place d’une alimentation pauvre en graisses et riche en fruits et légumes, et pratique d’une activité physique régulière (marche, vélo, natation, jogging…). Le plus souvent, le suivi médical est très strict la première année suivant l’accident cardiaque, avec une visite par mois chez le médecin généraliste et une tous les trois mois chez le cardiologue.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS