La vie après l’infarctus

, par  Aliisa Waltari

Une fois le risque vital écarté, une nouvelle vie commence pour le patient qui a été victime d’un infarctus. Avant sa sortie de l’hôpital, il subit généralement plusieurs examens (électrocardiogramme, échographie cardiaque, coronarographie, épreuve d’effort, scintigraphie myocardique) destinés à évaluer les risques de récidive et à dépister d’éventuelles séquelles, une insuffisance cardiaque ou un trouble du rythme cardiaque. Il devra ensuite suivre un programme de réadaptation cardiovasculaire destiné à favoriser la récupération des capacités de son cœur et prendre un traitement médicamenteux spécifique, le « BASI » (bêtabloquants, antiagrégants plaquettaires, statines et inhibiteurs de l’enzyme de conversion), généralement à vie. Bien sûr, son hygiène de vie sera entièrement revue : arrêt du tabac, mise en place d’une alimentation pauvre en graisses et riche en fruits et légumes, et pratique d’une activité physique régulière (marche, vélo, natation, jogging…). Le plus souvent, le suivi médical est très strict la première année suivant l’accident cardiaque, avec une visite par mois chez le médecin généraliste et une tous les trois mois chez le cardiologue.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS