La téléconsultation rendue possible pour les kinés

, par  Isabelle Coston

Un texte de loi ouvre la possibilité aux masseurs-kinésithérapeutes de recourir à la téléconsultation pour certains soins.

Avec la publication d’un texte, samedi 18 avril, au Journal officiel, le ministère des Solidarités et de la Santé autorise désormais les masseurs-kinésithérapeutes à réaliser certains actes (quatorze au total) à distance, via la téléconsultation. Cette nouvelle mesure est rendue particulièrement nécessaire alors que sévit toujours l’épidémie de Covid-19.
« Le télésoin en kinésithérapie, mesure barrière par excellence, va permettre de garantir une surveillance, une évaluation régulière, un rappel des consignes de prophylaxie et la mise en œuvre d’exercices d’auto-rééducation dirigés, limitant ainsi la perte de chance et les risques de séquelles fonctionnelles pour bon nombre de patients », s’est félicité la Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) dans un communiqué.
Si comme beaucoup d’autres professionnels de santé, les kinés ont dû fermer les portes de leur cabinet pendant le confinement, ils ont néanmoins continué à prodiguer leurs soins à domicile à de nombreux patients qui en avaient absolument besoin. Les personnes atteintes de bronchopneumopathie obstructive (PBCO) ou de mucoviscidose, par exemple, ne peuvent en effet se passer de l’intervention quasiment quotidienne d’un masseur-kinésithérapeute, au risque de voir leurs troubles s’aggraver. D’autres, en revanche, comme ceux souffrant de lombalgie chronique, notamment, ont dû prendre leur mal en patience.

Lutter contre le renoncement aux soins

Les personnes atteintes de séquelles neurologiques, qui doivent réapprendre certains gestes à l’aide d’exercices, celles qui doivent récupérer des suites d’une intervention chirurgicale ou encore celles qui ont des douleurs cervicales ou autres pourront, par conséquent, bénéficier de séances de téléconsultation. Celles-ci se dérouleront via une plateforme sécurisée. Pour cela, le patient devra avoir à sa disposition un smartphone, une tablette ou un ordinateur, afin qu’il puisse voir son kinésithérapeute. Mais attention, « ça ne peut absolument pas remplacer complètement un soin classique, prévient Frédéric Srour, président de la commission éthique et déontologie au Conseil National de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, au micro de Franceinfo. C’est quelque chose qui va nous aider à poursuivre les soins, à diminuer le risque de perte progressive d’autonomie. Mais ça doit être mis en place dans les plus grandes règles de sécurité. »

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)