La prévention santé, une priorité incontournable

, par  Ciem

Avec la formule choc d’un « reste à charge zéro » pour les assurés sociaux
d’ici à 2022, nos gouvernants ne se cachent pas d’annoncer une extension de la couverture des frais de santé à la charge des complémentaires santé, mutuelles ou pas. Tandis qu’avant toute réforme de la prise en charge des soins, notamment en optique, en dentaire et en audioprothèse, les statistiques officielles affichent déjà une augmentation annuelle de 2,5 % du coût des complémentaires. Autant dire que, pour l’adhérent mutualiste, cette extension de la prise en charge de soins, actuellement financés au minimum par l’Assurance maladie, conduirait à une augmentation considérable de sa cotisation.
A cela le gouvernement objecte que, globalement, sa politique de santé devrait progressivement abaisser les coûts des soins, en particulier en remettant à plat les prescriptions et examens inutiles. Ceux-ci ont été récemment chiffrés à un quart du budget de la Sécurité sociale, soit 50 milliards d’euros. D’où l’annonce d’une politique publique de relance de la prévention pour changer les comportements des professionnels de santé et des patients, mais aussi réduire la progression alarmante de pathologies chroniques dans notre pays – celle-ci se chiffre à 100 000 personnes de plus par an relevant de soins de longue durée.
Vu de la Mucs, et au regard des 35 millions de personnes couvertes par l’ensemble des mutuelles, cette mise en avant d’une importante réduction des frais de santé laisse pantois. Mais mieux vaut se placer en situation d’acteurs de cette nouvelle priorité de prévention plutôt que de subir passivement les contraintes réglementaires qui s’annoncent. Certes, les démarches de prévention n’auront à l’évidence qu’un impact à long terme. Cependant, leur effet ne peut être que bénéfique et rejoint l’éthique de responsabilité partagée qui est la nôtre, comme coopérateur aussi bien que mutualiste.
Aussi, à proportion de ses moyens, la Mucs va-t-elle mettre à l’étude des initiatives novatrices en matière de prévention. D’autant que les nouvelles technologies apportent de plus en plus de solutions à notre portée, pour peu que nous puissions les adopter en nous groupant avec des partenaires qui acceptent de partager leur potentiel en ce domaine. C’est dans cette optique que nous prévoyons d’organiser prochainement un débat public ouvert sur ce thème. Une opportunité pour poursuivre la modernisation de la Mucs !
Jacques Landriot, président de la Mucs

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS