La mortalité maternelle en baisse

, par  La rédaction

Le nombre de décès maternels dans le monde est passé de 532 000 environ en 1990 à 303 000 en 2015, selon un rapport publié dans la revue The Lancet. Plusieurs organismes, parmi lesquels l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Unicef, le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), le groupe de la Banque mondiale et la Division de la population des Nations unies, ont comptabilisé le nombre de décès de femmes survenant pendant la grossesse, à l’accouchement ou au cours des six semaines suivant la naissance de l’enfant. Résultat : ce chiffre a baissé de 44 % par rapport à 1990. Le taux de mortalité maternelle est aujourd’hui de 216 pour 100 000 naissances vivantes, contre 385 pour 100 000 en 1990. Une nette amélioration, mais la situation est différente selon les pays. Seuls neuf pays (le Bhoutan, le Cap-Vert, le Cambodge, les Maldives, la Mongolie, le Laos, l’Iran, le Rwanda et le Timor oriental) ont atteint l’objectif fixé par l’ONU de réduire de trois quarts leur taux de mortalité maternelle, alors que trente-neuf autres pays ont enregistré des « progrès significatifs ». Il reste donc encore du chemin à parcourir, d’autant que l’ONU s’est fixé un nouvel objectif : atteindre un ratio de moins de 70 décès de femmes pour 100 000 naissances en 2030.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS