La langue des signes

, par  Patricia Riveccio

Pour un malentendant, trouver sa place dans un monde qu’il n’entend pas ressemble à un parcours du combattant. La langue des signes française (LSF) permet d’intégrer les sourds dans la société. Il a fallu attendre la loi Fabius de 1991 pour officialiser l’utilisation de cette langue et employer le terme de bilinguisme. La LSF, qui possède ses propres règles de grammaire, ses proverbes et même ses dialectes, mais qui ne répond pas aux mêmes règles que le français, est pratiquée par 100 000 à 200 000 sourds et malentendants en France. Elle est enseignée par des associations et dans quelques lycées et universités. Comment apprendre à lire et à écrire une langue que l’on n’entend pas ? L’enfant doit compter sur sa mémoire visuelle, photographier chaque mot de notre langue traduit en langue des signes (LDS). Pour écrire une phrase, c’est plus compliqué : il doit tout d’abord décrire la « photo » en LDS. A noter que le Smartphone a changé la vie des malentendants en leur permettant de parler la LDS à distance.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)