La langue des signes

, par  Patricia Riveccio

Pour un malentendant, trouver sa place dans un monde qu’il n’entend pas ressemble à un parcours du combattant. La langue des signes française (LSF) permet d’intégrer les sourds dans la société. Il a fallu attendre la loi Fabius de 1991 pour officialiser l’utilisation de cette langue et employer le terme de bilinguisme. La LSF, qui possède ses propres règles de grammaire, ses proverbes et même ses dialectes, mais qui ne répond pas aux mêmes règles que le français, est pratiquée par 100 000 à 200 000 sourds et malentendants en France. Elle est enseignée par des associations et dans quelques lycées et universités. Comment apprendre à lire et à écrire une langue que l’on n’entend pas ? L’enfant doit compter sur sa mémoire visuelle, photographier chaque mot de notre langue traduit en langue des signes (LDS). Pour écrire une phrase, c’est plus compliqué : il doit tout d’abord décrire la « photo » en LDS. A noter que le Smartphone a changé la vie des malentendants en leur permettant de parler la LDS à distance.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)