Cancer : des découvertes qui améliorent les traitements

, par  Isabelle Coston

La 55e édition du congrès de l’American society of clinical oncology (ASCO), qui s’est tenu début juin à Chicago (Illinois) a réuni des chercheurs du monde entier. Elle a permis de faire un bilan des dernières avancées en matière de traitement du cancer.

Lors du plus grand congrès mondial sur le cancer, l’ASCO de Chicago, qui a eu lieu début juin, les chercheurs ont présenté leurs travaux et apporté des éléments nouveaux qui ouvrent la voie vers des prises en charge plus adaptées.

-* Cancer du sein : une molécule qui allonge la survie
Les résultats d’une étude ont montré que l’ajout d’une molécule, le ribociclib, au traitement standard augmentait la survie des femmes jeunes atteintes de formes avancées de cancers du sein. Il a en effet été prouvé que ce médicament avait la propriété de ralentir la progression de la maladie chez celles qui l’avaient contractée avant ou pendant la ménopause. Ces conclusions, présentées en avant-première à l’ASCO, ont été publiées dans le New England Journal of Medicine.

-* Cancer du pancréas : un médicament porteur d’espoir
Une étude a validé pour la première fois un traitement tenant compte d’une mutation génétique de la tumeur. Les scientifiques ont démontré que l’ajout d’un anticancéreux, l’olaparib, après une chimiothérapie classique permettait de retarder de manière significative la progression des métastases du cancer du pancréas chez les patients porteurs de la mutation génétique. « Notre travail ouvre la voie à une nouvelle ère de soins personnalisés pour ce cancer difficile à traiter », a indiqué l’un des principaux auteurs de l’étude, le docteur Hedy L. Kindler de l’université de Chicago. Le cancer du pancréas est actuellement l’un des plus meurtriers. Le taux de survie à 5 ans n’est que de 5 %.

-* Cancers de la gorge, du larynx et de la bouche : des nanoparticules pour détruire les tumeurs
L’Institut Curie a fait part de ses travaux sur des injections de nanoparticules d’un métal, l’afnium, dans des tumeurs la veille des séances de radiothérapie. La présence de ces nanoparticules a rendu plus efficace le traitement, effectué chez des patients atteints de cancers de la gorge, du larynx et de la bouche et qui étaient trop âgés ou trop faibles pour être traités par chimiothérapie. Le professeur Christophe Le Tourneau, oncologue et chef du département des essais cliniques précoces à l’Institut Curie, a expliqué à l’antenne de France Inter que « dans 75 % des cas, la tumeur avait complètement disparu ».

-* Intelligence artificielle : une aide à la décision pour les médecins
Une équipe française de l’hôpital Henri Mondor de Créteil a présenté un algorithme de « machine learning » prenant en compte une trentaine de paramètres (âge, état de santé, déficits cognitifs…) pour aider le médecin à décider quel type de traitement une personne âgée de plus de 70 ans, atteinte d’un cancer, peut être capable de supporter. Aujourd’hui plus du tiers des nouveaux cas de cancers surviennent chez les plus de 75 ans. Or il existe peu d’études cliniques concernant cette tranche d’âge. Les médecins, qui manquent par conséquent de données pour évaluer la balance bénéfice-risque d’un traitement de chimiothérapie pour une personne âgée, pourront s’appuyer sur cette intelligence artificielle.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS