L’Observatoire des maladies rares

L’Observatoire des maladies rares vise à mieux connaître la situation des personnes malades et de leurs familles. Il est piloté par Maladies rares info services, avec le soutien de l’Alliance maladies rares, de l’AFM-Téléthon et d’Eurordis*.
En 2012, trois thématiques ont été étudiées.
- L’annonce du diagnostic. Les annonces de diagnostic sont effectuées pour 94 % d’entre elles par un médecin, très souvent spécialiste, et 87 % ont lieu en face en face. En revanche, les malades et leur famille pointent un manque de documentation pour 80 % d’entre eux.
- Les difficultés pratiques liés aux médicaments. Parmi les patients, 62 % déclarent des effets indésirables liés à leur traitement, 8 % confient avoir des problèmes pour financer leurs médicaments et 14 % ont du mal à obtenir ces derniers.
- La coordination des professionnels médico-sociaux. Pour 48 % des personnes la coordination des professionnels médico-sociaux est peu ou pas satisfaisante. Les difficultés pointées sont le manque de connaissance des médecins généralistes, l’absence du dossier médicale partagé et un manque de communication global des spécialistes vers les autres professionnels.
* Eurordis fédère 593 associations de patients atteints de maladies rares dans 54 pays.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)