L’homéopathie bientôt déremboursée ?

, par  Delphine Delarue

A l’issue d’une évaluation scientifique de plusieurs mois, la Haute Autorité de santé (HAS) s’est prononcée en faveur du déremboursement des médicaments homéopathiques au motif que leur efficacité ne serait pas suffisamment démontrée.

Selon la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS), les médicaments homéopathiques « n’ont pas démontré scientifiquement une efficacité suffisante pour justifier d’un remboursement ». Cet avis très attendu, publié après des mois d’évaluation scientifique à la demande du ministère de la Santé, est sans appel. Pour y parvenir, la HAS a analysé plus de 1000 publications et étudié plus de 1 200 médicaments remboursables. Elle a pris en compte leur efficience, leurs effets indésirables, leur place dans la stratégie thérapeutique ainsi que la gravité des pathologies pour lesquelles ils sont consommés. Conclusion : non seulement les preuves de leur efficacité manquent, mais les maladies concernées ne sont pas vraiment graves et elles peuvent guérir spontanément. En outre, rappelons qu’en 2018 l’Assurance maladie a remboursé plus de 126 millions d’euros de médicaments homéopathiques. En Europe, la France demeure le seul pays, avec la Suisse, à les prendre partiellement en charge (à hauteur de 30%).

1 300 emplois seraient menacés
Si l’avis de la HAS est désormais connu, la décision finale revient toutefois à la ministre de la Santé qui a choisi, pour l’instant, de prendre le temps de la réflexion. Aujourd’hui, un Français sur dix utilise régulièrement l’homéopathie et son poids économique reste important. Les laboratoires homéopathiques on fait savoir qu’un tel déremboursement menaçait directement 1 300 emplois (1 000 chez le français Boiron et 300 chez les deux autres, le français Lehning et le suisse Weleda). Qu’importe, pour les anti-granules, l’avis de la commission est historique. Une véritable « victoire pour la science », même, pour le collectif de médecins FakeMed, qui encourage Agnès Buzyn à prendre « une décision claire et rapide ». « Continuer de rembourser l’homéopathie, c’est décrédibiliser les sociétés savantes, les Académies de médecine et de pharmacie ainsi que la HAS chargée de l’évaluation des médicaments en France », ajoutent-ils. Rappelons qu’en mars dernier, les deux académies avaient déjà réclamé le déremboursement de l’homéopathie.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)