L’herpès néo-natal : une atteinte gravissime

, par  Aliisa Waltari

Le fœtus et le nourrisson ont un système immunitaire encore immature et sont particulièrement sensibles au virus de l’herpès. C’est au moment de l’accouchement, lors du passage dans les voies génitales, que le bébé risque d’être contaminé par le virus de type 2 (HSV-2, herpès génital), surtout si la maman fait une poussée à ce moment-là. Les conséquences peuvent alors être dramatiques pour le nouveau-né : septicémie, hémorragies, troubles neurologiques et respiratoires, méningo-encéphalite ou encore tableau hépatique gravissime pouvant conduire au décès ou à de lourdes séquelles. Ces conséquences peuvent être les mêmes chez un nourrisson qui attrape le virus de type 1 (herpès labial) dans le mois qui suit sa naissance.
Bien qu’une sérologie soit généralement effectuée en début de grossesse, la femme enceinte porteuse de l’un des deux virus ne doit pas hésiter à en parler avec son obstétricien et l’informer de ses poussées. Idem lors d’une première manifestation d’herpès. Selon les cas, un traitement anti-herpétique (aciclovir) pourra être mis en place, en particulier dans les semaines qui précèdent l’accouchement. Une fois de retour à la maison, des mesures de prévention seront prises en cas de poussée d’herpès chez l’un des deux parents : se laver systématiquement les mains avant de toucher le bébé et, surtout, ne pas l’embrasser.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS