L’arrêt de travail est parfois indispensable

, par  Delphine Delarue

En cas de dépression, un arrêt de travail peut être prescrit par le médecin généraliste ou le psychiatre. Dans les épisodes modérés à sévères, les symptômes de la maladie (diminution de la concentration, de la prise d’initiative, de la mémoire, modification du comportement et des relations avec les autres) peuvent être incompatibles avec la poursuite de l’activité professionnelle. L’arrêt de travail peut même se révéler incontournable en cas de harcèlement moral ou d’activités très stressantes. Dans la majorité des cas, cependant, la mise au repos ne sera pas poursuivie au-delà de quelques semaines. « L’activité et les liens professionnels sont un élément d’équilibre et de construction de l’identité, un facteur de socialisation essentiel et un moteur de confiance en soi. Le travail peut en cela favoriser la guérison », souligne l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). Un temps partiel thérapeutique peut notamment être envisagé dans les cas où la guérison totale n’est pas encore acquise. Celui-ci nécessite l’avis du médecin traitant, du médecin du travail et du médecin conseil de l’Assurance maladie, ainsi que l’accord de l’employeur. Cet aménagement doit par ailleurs s’inscrire dans une démarche de soins précise, envisageant à plus ou moins long terme une reprise de l’emploi à temps complet.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)