L’algie vasculaire de la face

, par  Ciem

Plus rare que la céphalée de tension ou la migraine, l’algie vasculaire de la face est une céphalée primaire qui concerne surtout les hommes âgés de 25 à 30 ans. « C’est probablement l’un des maux de tête les plus intenses qui existent », observe le docteur Anne Donnet, neurologue, chef du centre d’évaluation et de traitement de la douleur à l’hôpital de La Timone, à Marseille. Cette céphalée se manifeste par des crises fulgurantes, plutôt courtes (une heure en moyenne) et ­n’affectant qu’un côté de la tête, toujours le même. Elle s’accompagne d’un larmoiement, d’une rougeur ou d’un gonflement de l’œil situé du même côté, ou encore d’une obstruction ou d’un écoulement de la narine. Dans 90 % des cas, il s’agit d’une forme épisodique et saisonnière, avec des crises parfois quotidiennes pendant plusieurs semaines. « Cette maladie neurologique repose sur un dysfonctionnement au niveau de l’hypothalamus, notre “chef d’orchestre”, qui va commander l’apparition de cycles de crises assez réguliers chez le patient, explique le docteur Donnet. Les crises se soignent par injection sous-cutanée de sumatriptan (en auto-injection, NDLR) ou par oxygénothérapie à haute concentration. » Pour les cycles de crises supérieurs à trois ou quatre semaines, il existe des traitements de fond très spécifiques, mis en place par le neurologue. Les cycles de l’algie vasculaire de la face peuvent s’arrêter spontanément, puis reprendre quelques années plus tard.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)