L’algie vasculaire de la face

, par  Ciem

Plus rare que la céphalée de tension ou la migraine, l’algie vasculaire de la face est une céphalée primaire qui concerne surtout les hommes âgés de 25 à 30 ans. « C’est probablement l’un des maux de tête les plus intenses qui existent », observe le docteur Anne Donnet, neurologue, chef du centre d’évaluation et de traitement de la douleur à l’hôpital de La Timone, à Marseille. Cette céphalée se manifeste par des crises fulgurantes, plutôt courtes (une heure en moyenne) et ­n’affectant qu’un côté de la tête, toujours le même. Elle s’accompagne d’un larmoiement, d’une rougeur ou d’un gonflement de l’œil situé du même côté, ou encore d’une obstruction ou d’un écoulement de la narine. Dans 90 % des cas, il s’agit d’une forme épisodique et saisonnière, avec des crises parfois quotidiennes pendant plusieurs semaines. « Cette maladie neurologique repose sur un dysfonctionnement au niveau de l’hypothalamus, notre “chef d’orchestre”, qui va commander l’apparition de cycles de crises assez réguliers chez le patient, explique le docteur Donnet. Les crises se soignent par injection sous-cutanée de sumatriptan (en auto-injection, NDLR) ou par oxygénothérapie à haute concentration. » Pour les cycles de crises supérieurs à trois ou quatre semaines, il existe des traitements de fond très spécifiques, mis en place par le neurologue. Les cycles de l’algie vasculaire de la face peuvent s’arrêter spontanément, puis reprendre quelques années plus tard.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)