Une journée pour les maladies rares

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Le 28 février a lieu la VIIe Journée internationale des maladies rares, ponctuée de manifestations et de conférences organisées dans toute la France et à travers le monde. Objectif : sensibiliser le grand public. Il faut savoir que 3 millions de Français sont touchés par les maladies rares, dont environ 75 % d’enfants.

Un concert de jazz sur les toits de Rome, un pique-nique à Melbourne ou, plus près de chez nous, un marathon lecture à Montpellier… Ce sont quelques exemples des événements menés le 28 février lors de la Journée internationale des maladies rares pour sensibiliser le public, les professionnels de santé et les autorités sanitaires. Pour cette septième édition*, quatre-vingts pays s’unissent sur le thème « Ensemble pour mieux accompagner les malades ».

Des milliers de cas ou une poignée

Une maladie rare est une affection touchant un nombre restreint de personnes, à savoir moins d’une personne sur deux mille, selon le seuil admis en Europe. En France, on dit qu’une maladie est rare si moins de 30 000 personnes en sont atteintes. Certaines maladies touchent plusieurs milliers de patients, comme la myopathie de Duchenne ; d’autres, moins d’une dizaine, comme la progéria, un vieillissement prématuré, qui touche trois enfants en France. « Les maladies rares sont généralement sévères, chroniques, handicapantes et engagent souvent le pronostic vital. Dans plus de la moitié des cas, elles se développent dès l’enfance, et on estime qu’elles sont responsables de plus de 30% de la mortalité infantile », s’alarme la Fondation maladies rares, dont le cœur de mission est la recherche médicale.

Améliorer la prise en charge et l’accompagnement

« Dans le domaine des maladies rares, l’accompagnement prend un sens différent pour chacun : consultation avec des spécialistes, kinésithérapie, médicaments, appareils, diagnostic, services sociaux, répit pour les proches… », énumère l’Alliance des maladies rares, qui fédère 203 associations de malades en France. Pour les maladies neuromusculaires, l’AFM Téléthon a mis en place des référents santé dont le rôle clé est justement l’accompagnement des malades et de leur famille au quotidien : « Ils interviennent à chaque étape de l’évolution de la maladie : diagnostic, conseil génétique, prise en charge médicale adaptée, prévention de l’aggravation de la maladie et des ruptures de parcours, accès aux droits, logement, scolarisation, formation, emploi… », précise l’association.
A l’occasion de cette journée, le ministère de la Santé annoncera la mise en place de « filières de santé maladies rares » pour améliorer la prise en charge et l’accompagnement des patients.
Retrouvez l’ensemble des animations sur les pages régions : Alliance-maladies-rares.org ou Rarediseaseday.org.

* Journée internationale organisée par Eurordis, organisation européenne des maladies rares.

 

Sources
- « 28 février 2014 : Journée internationale des maladies rares », communiqué de presse du ministère de la Santé, 24 février 2014.
- « VIIe Journée internationale des maladies rares », communiqué de l’Alliance des maladies rares.
- « La campagne internationale pour la septième édition de la Journée internationale des maladies rares », AFM Téléthon, 21 février 2014.

 

A LIRE : LE DOSSIER « Maladies rares, le droit à l’espoir »

 

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS