IVG : gratuité de l’ensemble des examens et des consultations

, par  Vanessa Pageot-Françoise

A la veille du quarantième anniversaire de la promulgation de la loi Veil, le ministère de la Santé a présenté, le 16 janvier, un programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG dont la mesure phare est « la gratuité complète de l’IVG et des actes afférents, quel que soit le lieu de réalisation ». En France, 217 000 IVG ont été pratiquées en 2013.

La prise en charge de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est loin d’être homogène : forfait différent selon qu’elle soit pratiquée dans un établissement de santé ou en médecine de ville (gynécologue ou généraliste habilités), échographies, examens et consultations non pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale… Le ministère de la Santé s’est engagé, à travers un programme national d’action présenté le 16 janvier, à en améliorer la prise en charge dès l’automne prochain via un décret en Conseil d’Etat.
Au-delà de l’aspect financier, le programme comprend la possibilité, pour les médecins des centres de santé, de réaliser des IVG instrumentales et non plus seulement par voie médicamenteuse. Il s’agit de renforcer l’offre de proximité, la moitié des IVG ayant lieu en ville, et de proposer ainsi « un réel choix de la méthode aux femmes qui souhaitent interrompre une grossesse ». Cette volonté se fonde sur une étude de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), qui a constaté que « l’extension des lieux de pratique de l’IVG instrumentale en Belgique a permis la dédramatisation de cette méthode ». Un choix du lieu, mais aussi du professionnel de santé, puisque les Françaises pourront également se tourner vers les sages-femmes pour les IVG médicamenteuses, une mesure inscrite dans le projet de loi de santé et réaffirmée dans le programme.

Un droit garanti par la loi

Le ministère de la Santé met par ailleurs l’accent sur l’information en annonçant la création d’un numéro d’appel unique, non surtaxé et anonyme. Pas de précipitation, il ne sera créé qu’en septembre 2015. En attendant, les internautes peuvent trouver toutes les informations utiles et pratiques sur le site déjà opérationnel Ivg.gouv.fr. Ce portail explique les délais, les méthodes, les consultations et, surtout, le droit qu’est l’IVG pour toutes les femmes : « Le droit à l’avortement est un acquis majeur des femmes et le fruit d’un long combat pour leur droit à disposer de leur corps. Ce droit est un élément structurant de l’égalité entre les femmes et les hommes. »

Sources
- « Améliorer l’accès à l’IVG », dossier de presse du ministère de la Santé, 16 janvier 2015.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS