IVG : gratuité de l’ensemble des examens et des consultations

, par  Vanessa Pageot-Françoise

A la veille du quarantième anniversaire de la promulgation de la loi Veil, le ministère de la Santé a présenté, le 16 janvier, un programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG dont la mesure phare est « la gratuité complète de l’IVG et des actes afférents, quel que soit le lieu de réalisation ». En France, 217 000 IVG ont été pratiquées en 2013.

La prise en charge de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est loin d’être homogène : forfait différent selon qu’elle soit pratiquée dans un établissement de santé ou en médecine de ville (gynécologue ou généraliste habilités), échographies, examens et consultations non pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale… Le ministère de la Santé s’est engagé, à travers un programme national d’action présenté le 16 janvier, à en améliorer la prise en charge dès l’automne prochain via un décret en Conseil d’Etat.
Au-delà de l’aspect financier, le programme comprend la possibilité, pour les médecins des centres de santé, de réaliser des IVG instrumentales et non plus seulement par voie médicamenteuse. Il s’agit de renforcer l’offre de proximité, la moitié des IVG ayant lieu en ville, et de proposer ainsi « un réel choix de la méthode aux femmes qui souhaitent interrompre une grossesse ». Cette volonté se fonde sur une étude de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), qui a constaté que « l’extension des lieux de pratique de l’IVG instrumentale en Belgique a permis la dédramatisation de cette méthode ». Un choix du lieu, mais aussi du professionnel de santé, puisque les Françaises pourront également se tourner vers les sages-femmes pour les IVG médicamenteuses, une mesure inscrite dans le projet de loi de santé et réaffirmée dans le programme.

Un droit garanti par la loi

Le ministère de la Santé met par ailleurs l’accent sur l’information en annonçant la création d’un numéro d’appel unique, non surtaxé et anonyme. Pas de précipitation, il ne sera créé qu’en septembre 2015. En attendant, les internautes peuvent trouver toutes les informations utiles et pratiques sur le site déjà opérationnel Ivg.gouv.fr. Ce portail explique les délais, les méthodes, les consultations et, surtout, le droit qu’est l’IVG pour toutes les femmes : « Le droit à l’avortement est un acquis majeur des femmes et le fruit d’un long combat pour leur droit à disposer de leur corps. Ce droit est un élément structurant de l’égalité entre les femmes et les hommes. »

Sources
- « Améliorer l’accès à l’IVG », dossier de presse du ministère de la Santé, 16 janvier 2015.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS