L’IVG bientôt gratuite pour toutes les femmes

, par  Delphine Delarue

A compter du 31 mars, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) sera prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie. Cette mesure, annoncée récemment par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, intervient alors que de plus en plus de femmes rencontrent des difficultés à se faire avorter.

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) remboursée à 100 % par l’Assurance maladie pour toutes les femmes. Cette mesure attendue de longue date, promise par François Hollande lors de l’élection présidentielle et votée en octobre par les députés, sera finalement effective au 31 mars, a annoncé Marisol Touraine, ministre de la santé, lors d’une visite récente au centre de protection maternelle infantile (PMI) de Bondy nord (Seine-Saint-Denis). Jusqu’à présent, l’IVG n’était gratuite que pour les mineures et prise en charge entre 70 et 80 % pour les autres patientes. Le remboursement à 100 % de cet acte, prévu dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, représentera un coût de 13,5 millions d’euros.

Alors que les femmes rencontrent de plus en plus de difficultés à avorter (isolement géographique, réticences de certaines équipes hospitalières, fermetures de centres d’IVG et de planification familiale), la ministre en a profité pour rappeler que l’interruption volontaire de grossesse était un droit auquel chacune devait avoir accès. « Il faut faire en sorte que [l’IVG] puisse être appliquée partout en France et à toutes les conditions, qu’elle soit médicamenteuse ou hospitalière », a-t-elle précisé.

Un site d’information gouvernemental

Pour pallier le manque d’informations fiables auquel sont confrontées les femmes en la matière, le ministère du Droit des femmes travaille parallèlement à la mise en place d’un site gouvernemental d’information sur l’IVG. L’idée est aussi de faire contrepoids aux nombreux portails présentant des conseils orientés qui fleurissent actuellement sur le Web. Ces sites en apparence officiels, souvent très bien référencés, sont en réalité tenus par des mouvements anti-IVG et ont pour objectif d’influencer les femmes dans leur décision finale.

Pour l’Ile-de-France, le Réseau entre la ville et l’hôpital pour l’orthogénie (Revho), qui regroupe des professionnels de santé et des centres de planification familiale, vient de lancer le site Ivg.lesadresses.org présentant les lieux où les femmes peuvent se faire avorter, mais rien de tel n’existe encore au niveau national.

A Bondy, la ministre a également annoncé la prise en charge à 100 % des pilules de première et deuxième générations, de l’implant et du stérilet pour toutes les jeunes filles âgées de 15 à 18 ans. Comme pour l’IVG, cette mesure sera effective au 31 mars. Le ministère devrait aussi lancer, au mois de mai, une grande campagne radio d’information sur la contraception à destination des 15-30 ans.

Sources
- « L’IVG remboursée à 100∞% à partir du 31 mars », Liberation.fr, 8 mars 2013.
- « L’accès à l’avortement facilité », Bérangère Lepetit et Flora Genoux, Le Parisien, 9 mars 2013.
- « La stratégie insidieuse des anti-IVG sur le net », Judith Duportail, Lefigaro.fr, 25 février 2013.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS