L’IVG bientôt gratuite pour toutes les femmes

, par  Delphine Delarue

A compter du 31 mars, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) sera prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie. Cette mesure, annoncée récemment par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, intervient alors que de plus en plus de femmes rencontrent des difficultés à se faire avorter.

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) remboursée à 100 % par l’Assurance maladie pour toutes les femmes. Cette mesure attendue de longue date, promise par François Hollande lors de l’élection présidentielle et votée en octobre par les députés, sera finalement effective au 31 mars, a annoncé Marisol Touraine, ministre de la santé, lors d’une visite récente au centre de protection maternelle infantile (PMI) de Bondy nord (Seine-Saint-Denis). Jusqu’à présent, l’IVG n’était gratuite que pour les mineures et prise en charge entre 70 et 80 % pour les autres patientes. Le remboursement à 100 % de cet acte, prévu dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, représentera un coût de 13,5 millions d’euros.

Alors que les femmes rencontrent de plus en plus de difficultés à avorter (isolement géographique, réticences de certaines équipes hospitalières, fermetures de centres d’IVG et de planification familiale), la ministre en a profité pour rappeler que l’interruption volontaire de grossesse était un droit auquel chacune devait avoir accès. « Il faut faire en sorte que [l’IVG] puisse être appliquée partout en France et à toutes les conditions, qu’elle soit médicamenteuse ou hospitalière », a-t-elle précisé.

Un site d’information gouvernemental

Pour pallier le manque d’informations fiables auquel sont confrontées les femmes en la matière, le ministère du Droit des femmes travaille parallèlement à la mise en place d’un site gouvernemental d’information sur l’IVG. L’idée est aussi de faire contrepoids aux nombreux portails présentant des conseils orientés qui fleurissent actuellement sur le Web. Ces sites en apparence officiels, souvent très bien référencés, sont en réalité tenus par des mouvements anti-IVG et ont pour objectif d’influencer les femmes dans leur décision finale.

Pour l’Ile-de-France, le Réseau entre la ville et l’hôpital pour l’orthogénie (Revho), qui regroupe des professionnels de santé et des centres de planification familiale, vient de lancer le site Ivg.lesadresses.org présentant les lieux où les femmes peuvent se faire avorter, mais rien de tel n’existe encore au niveau national.

A Bondy, la ministre a également annoncé la prise en charge à 100 % des pilules de première et deuxième générations, de l’implant et du stérilet pour toutes les jeunes filles âgées de 15 à 18 ans. Comme pour l’IVG, cette mesure sera effective au 31 mars. Le ministère devrait aussi lancer, au mois de mai, une grande campagne radio d’information sur la contraception à destination des 15-30 ans.

Sources
- « L’IVG remboursée à 100∞% à partir du 31 mars », Liberation.fr, 8 mars 2013.
- « L’accès à l’avortement facilité », Bérangère Lepetit et Flora Genoux, Le Parisien, 9 mars 2013.
- « La stratégie insidieuse des anti-IVG sur le net », Judith Duportail, Lefigaro.fr, 25 février 2013.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS