Intelligence artificielle et objets connectés : pas question de se passer de médecin

, par  Isabelle Coston

Pour les patients, l’intelligence artificielle et les objets connectés ne doivent en aucun cas se substituer totalement au médecin.

L’automatisation complète de certains soins n’est pas encore pour demain. Selon le point de vue de patients consultés au sein de l’étude ComPaRe (Communauté de patients pour la recherche), si les objets connectés et l’intelligence artificielle peuvent rendre de grands services dans le domaine de la santé, c’est le médecin qui doit contrôler leur utilisation.
Mille deux cents patients, des Français souffrant de maladies chroniques telles que le diabète, l’asthme, le cancer ou encore les maladies rhumatologiques et neurologiques, ont été questionnés sur leur perception de l’usage d’interventions médicales basées sur les objets connectés et l’intelligence artificielle. Choisis dans le cadre de ComPaRe, une cohorte de plus de 28 000 volontaires qui contribuent à la recherche médicale en répondant en ligne aux questionnaires de chercheurs de l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (APHP), ils se sont montrés circonspects face à l’utilisation grandissante des nouvelles technologies dans les diagnostics et les actes de soins.

La relation humaine avant tout

D’après cette étude, la relation patient-soignant est essentielle et doit rester privilégiée. Trois patients sur quatre, qui considèrent que la relation humaine doit primer dans l’acte médical, refusent par conséquent d’adhérer à des soins complètement automatisés.
Les chercheurs ont demandé aussi plus précisément aux participants de se prononcer pour ou contre l’utilisation de certains outils tels que l’intelligence artificielle pour détecter un cancer de la peau par analyse de photographies, des capteurs permettant l’analyse et la détection en temps réel de l’exacerbation de maladies chroniques, une chemise connectée pour piloter des soins de kinésithérapie et un chatbot ou robot conversationnel pour aider les patients à déterminer le niveau d’urgence de leur problème de santé. Si 47 % des personnes interrogées voient l’intelligence artificielle et les objets connectés comme une grande opportunité de progrès, 35 % refuseraient au moins l’un de ces outils et 41 % ne les adopteraient qu’à la condition que leur utilisation soit contrôlée par un être humain. Enfin, 11 % estiment que ces nouveautés peuvent représenter un grand danger. Ils craignent, notamment, un remplacement inapproprié de l’être humain, des risques importants de piratage des données ou encore un mauvais usage des données de santé par des tiers comme les assurances.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.