Insuffisance cardiaque : une campagne pour sensibiliser au diagnostic précoce

, par  Sophie Lupin

Quelques jours avant la Journée mondiale du cœur (le 29 septembre), l’Assurance maladie déploiera une campagne nationale d’information sur le thème : « Et si votre cœur essayait de vous dire quelque chose ? »

En France, 1,5 million de personnes souffrent d’insuffisance cardiaque. Cette maladie touche plus particulièrement les personnes âgées de plus de 60 ans. Avec le vieillissement de la population, ce chiffre pourrait croître de 25 % tous les 4 ans. Un diagnostic trop tardif peut conduire à une décompensation de l’insuffisance cardiaque nécessitant une hospitalisation, parfois en soins intensifs. À l’inverse, un diagnostic précoce suivi d’une prise en charge médicale adaptée et du respect des recommandations hygiéno-diététiques permettent de mieux vivre cette maladie.

Quand le cœur répond moins bien aux besoins de l’organisme

Lorsque le cœur perd sa force musculaire et sa capacité de contraction normale, il ne pompe plus suffisamment de sang pour permettre aux organes de recevoir assez d’oxygène et d’éléments nutritifs, essentiels à leur bon fonctionnement. En résumé, l’insuffisance cardiaque est l’incapacité du muscle cardiaque à assurer normalement son rôle de propulsion du sang dans l’organisme. Cette maladie chronique peut être lourde de conséquences. Elle est à l’origine de 200 000 hospitalisations par an et provoque un décès toutes les 7 minutes. Diagnostiquée précocement, elle peut être traitée sans recours à l’hospitalisation et la qualité de vie du patient préservée.

Quatre signes d’alerte à retenir

Malgré sa prévalence et sa progression dynamique (avec 120 000 nouveaux cas chaque année), l’insuffisance cardiaque est méconnue des seniors tout comme ses symptômes. Essoufflement inhabituel à l’effort, prise de poids rapide, œdèmes des pieds et des chevilles, et fatigue excessive sont les quatre signes d’alerte à surveiller, surtout après 60 ans. Présents isolément, ces quatre symptômes ne sont pas spécifiques de la maladie et peuvent être, à tort, attribués au vieillissement. Mais leur association ou leur récente survenue doivent faire penser à une insuffisance cardiaque et conduire à en parler à son médecin. Le diagnostic reposera sur un examen clinique, un bilan sanguin et une radiographie thoracique avant d’être éventuellement orienté vers le cardiologue.

L’Assurance maladie lancera une grande campagne de sensibilisation le 25 septembre. L’objectif ? Améliorer la connaissance de l’insuffisance cardiaque et ses signes d’alerte et ainsi favoriser un pronostic précoce. Un second volet de la campagne, axé sur les bons réflexes à adopter par les patients insuffisants cardiaques, est prévu en 2023.

Sources :
– Communiqué de presse de l’Assurance maladie, 20 septembre 2022.
– Livre blanc pour une prise en charge de l’insuffisance cardiaque et des cardiomyopathies, Société France de Cardiologie (SFC) – Groupe Insuffisance Cardiaque et Cardiomyopathies (GICC), 27 septembre 2021.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS