Hôpital : médecins et personnel soignant manquent de temps

, par  Isabelle Coston

Le personnel et les médecins hospitaliers estiment n’avoir plus assez de temps pour s’occuper correctement des patients. Le malaise grandit à l’hôpital, où les soignants se sentent débordés et ont de plus en plus de mal à s’organiser.

Un sondage Odoxa publié le 18 juin révèle la grogne d’une large majorité des médecins et des soignants hospitaliers, qui se plaignent d’avoir de moins en moins de disponibilité pour leurs malades. Ce n’est pourtant pas faute de passer du temps sur leur lieu de travail, puisque cette étude nous apprend que « la plupart d’entre eux dépassent – parfois de beaucoup – les trente-cinq heures légales hebdomadaires ».

Des médecins « surbookés »

Selon le sondage, les médecins hospitaliers effectueraient en moyenne quarante-sept heures de travail chaque semaine. Parmi les 176 médecins interrogés, 44 % iraient même au-delà des cinquante heures. Comme si cela ne suffisait pas, à ces longues journées viennent encore s’ajouter de nombreuses sollicitations professionnelles. Un médecin sur deux déclare en effet être contacté en dehors de son temps de travail au moins une fois par semaine. Pour les autres soignants, la situation est un peu moins critique. Leur temps de travail serait un peu plus raisonnable, puisqu’ils ne travailleraient en moyenne « que » trente-neuf heures par semaine. Mais, parmi les 1 458 infirmiers et aides-soignants sondés, la moitié estiment quand même être sollicités professionnellement au moins une fois par mois sur leur temps de repos.
La charge de travail est soutenue, mais elle est aussi « inégale », ce qui complique l’organisation de l’emploi du temps. La majorité soignants (51 %) et surtout des médecins hospitaliers (62 %) déclarent manquer « toujours » ou au moins « souvent » de temps pour réaliser toutes leurs tâches. Résultat, l’accumulation du retard les empêche de prendre les pauses nécessaires.
Au stress et à l’épuisement vient s’ajouter un sentiment d’abandon, car le personnel hospitalier ne nourrit pas l’espoir de voir sa situation s’améliorer. Au contraire : « Neuf soignants sur dix ont le sentiment que leur charge de travail, déjà lourde, s’intensifie et une nette majorité d’entre eux pensent que leur direction a pleinement conscience du problème, mais plus des trois quarts pensent qu’elle ne s’en préoccupe pas », indique Gaël Sliman, le président d’Odoxa.

Un surmenage qui nuit à l’efficacité des soins

Non seulement ce surmenage constitue un risque majeur de troubles psychosociaux pour les soignants, mais ces derniers craignent en plus qu’il soit à l’origine d’erreurs médicales, car, absorbés par de lourdes tâches administratives, ils ont encore moins de temps à accorder aux malades. Sept infirmiers et aides-soignants sur dix et près d’un médecin sur deux (49 %) estiment n’avoir « jamais », « rarement » ou seulement « parfois » le temps de parler avec le patient. Les médecins comme l’ensemble des soignants déplorent de ne pouvoir lui consacrer qu’un peu plus de la moitié de leur temps de travail, alors qu’ils aimeraient pouvoir échanger avec lui, faire plus de prévention, etc. Afin d’enrayer la dégradation des conditions de travail et de regagner du temps pour les soins, tous demandent un allègement des démarches administratives et une politique d’embauches.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS